Q&A travelling by bicycle : most asked questions! (ENGLISH)

I left on July 1st by bicycle with no cycling experience. The plan was to go to Albania and cycle 1,500km. I travelled until November and cycled 8,000! I spent a little bit more than 4 months on the road and learned on the go. I met experienced cyclotourists and took advice from them, read articles on the way, and saw what worked best for me.

Here are the answers to the top questions that I’ve been asked.

How did you charge your phone?

I left without a cellphone and bought one after 2 months. So, in July and August I didn’t have much to charge : my MP3 player, loudspeaker and action camera. I had two tiny powerbanks and a small solar panel. Solar panels are amazing. It’s pretty cheap given the fact that it’s saving your life everyday. 90% of the cyclists I met on the Mediterranean coast had solar panels. They put them on the bicycle rack to charge them during the day. Foldable A3 size panels are the ones I saw the most (about 40 euros). It takes a few hours to charge, and when you know how hot and sunny this area is in summertime, it’s definitely worth it! I used mine until late October (then it started to be rainy).

My solar panel (Amazon link) was a powerbank as well so it kept the energy. Perfect. It cost about 12 euros, it’s not the best one on the market but it was enough for what I needed.

20190909_094720.JPG

If I wanted to charge everything quickly, I stopped in a café for an hour or two. I did that a few times in Greece and Romania. I needed a plug anyway once a week for my small laptop (used for blogging) and my Canon battery. Both could not be charged with solar panels.

Where did you find drinking water?

This was the most challenging part sometimes. In Europe I’ve realized that you can find drinking water in those places :

  • Cemeteries : saved my life more times than I can remember!
  • Restaurants : they will fill up your bottles with tap water for free. May depend on the country. Just show your bike and how sweaty you are, it should be enough!
  • Petrol stations : I tried a few times and they often had tap water outside.
  • Village fountains : the tricky part is to find them and to understand if it’s drinkable or not. If I don’t understand the language I look around to see if people are going there. If it’s drinking water it’s usually really fresh and clean!
  • Beaches : Croatia, Greece…I’ve often seen this system where you have a shower AND tap water below. 100% free!20190822_091847.JPG
  • Mountains : the tastiest water in my opinion. In Romania when I cycled through Transylvania, I climbed to 2,000m and on the way there were many spots with clean water from the mountain! Same in the Alps. On the right I would either see a sign or the water flowing through the rocks.
  • And the best : people’s houses! Because you can meet people. Better to ask in the countryside, people are more chill and you don’t need to hide your bike so much.

I must admit that I’ve also bought water bottles from time to time. It happened that I was in some isolated areas with nothing around, or that I missed real fresh water (especially when it was 40°C). In Turkey I had to buy bottled water the whole time because I was in a polluted area.

Also people would sometimes spontaneously offer water bottles.

Did you ever feel sick?

Not really. A few times I was dehydrated because of the lack of water, but it was never for long. In 4 months I never got food poisoning or the flu. The risk of getting sick in Europe is quite low and I can tell that my body became stronger and more virus-resistant. I’ve actually never felt so healthy in my life!

What about your period? Was it uncomfortable on the road?

So I switched to the menstrual cup about a year ago. It’s great because you can keep it for longer than a tampon, it’s ecological and more comfortable (at least for me). Of course I felt a bit tired when I was on my period so I cycled less than usual. But the overall cycling experience was great!

You need to boil the cup between uses (so, once a month) and I do so with my gas stove.

I also have two washable pads. They are easy to clean and it’s drying fast.

In the bottom you can see my cup (left) and the washable pads.

img_3106

How did you find a sleeping spot?

You can meet two cyclotourists and they would tell you something different. Some like wild nature, while others prefer to pitch the tent on someone’s property. I’m in the middle. I like to know that I’m sleeping close enough to houses, but not in someone’s garden. When I camp I enjoy having my freedom and being undisturbed. So, I would look for a field at the exit of a village or before a town. I like fields because they are flat and the earth is usually quite soft so it’s easy to pitch the tent. If I can find an abandoned field I like it better because I know that it’s not being used. I slept in olive groves, wheat fields and cotton fields that way. In 80% of the cases it was a peaceful experience. The only issue was sometimes the noise because there was a party in town (especially on the weekend).

I look for my sleeping spot quite late (at sunset) so there’s almost never a chance to ask a farmer around if it’s OK for me to sleep there because there’s nobody around haha! So I’m very neat, I take all my trash with me and leave the place unscathed the next day. Sometimes farmers would see me in the morning, but it was never an issue.

This was in Turkey (where wild camping is actually allowed so I didn’t even bother hidding. This was on the side of the highway haha)

_MG_5020

So this is the best case scenario. But it happens that it’s getting late and there’s nothing as fancy as a field. In this case I improvise and sleep under the stars if it’s not too cold. For instance in Croatia I slept on the doorway of a house being built and in Slovenia I slept two times in small wooden huts used by farmers as storage.

I cycled on the Mediterranean coast for about two months and although it’s pretty, it can be hard to find a spot because it’s really crowded in summertime. In September it started to be easier and I pitched my tent on the beach in Greece.

Did your ass hurt ?

Somehow this is the most asked question of this trip, haha!

I got lucky because the second hand bike I bought (KTM Ultra Force 26) had a soft and comfortable saddle. This is not my saddle but it’s quite similar : click here (amazon link).

On top of that I had cycling shorts (also second hand).

The only time I felt a little pain was when I cycled more than 10 hours in a day because my body was getting tired of sitting.

How do ou manage to keep your motivation with so many punctures ?

Hahaha. Good question. So, until Athens, I did not have to puncture. 3000 kilometers of heaven. And then it started to happen at least twice a week. I changed my tyres in Corfou (Greek island) because I had mountain tyres and I wanted road tyres, but the bike shop didn’t have the best quality. The tyres I bought were not thick enough. Everytime there was something sharp on the road, you could be sure that I would have to puncture.

20190915_092658

I wanted to buy new tyres in Thessaloniki but given how little of a cycling culture there is in Greece, they didn’t have anything better. By the time I reached Bulgaria I gave up on the idea of buying new tyres now that I was more than halfway through the trip, and in Romania I bought anti-puncture strips (Decathlon link). They allowed me to cross Europe from West to East without any puncture until the far west of Austria.

Eventually my back tyre exploded in Switzerland because it was worn out. The front one was still fine after 5200km since Corfou. But I had all my weight in the back so it made sense. Not the cheapest country to have this kind of issues, right lol.

The hardest part of the trip was from Athens to Pitesti (a city after Bucarest) because I punctured 4 times the front and 5 times the back. Of course it never happened at the same time so I stopped 9 times.

Yes, it was annoying to stop, unpack and remove the tyre to locate the hole in the inner tube. And most of the time I didn’t even find it because it was too small and I didn’t have enough water to dive the inner tube in it (best way to locate the hole). Also my tyres were honestly quite hard to remove from the wheel. Most cyclists I met on this trip told me that it took them like 5 minutes to puncture. In my case it took one hour. Even when I stopped in bike shops it look them at least half an hour!

20190914_083218

So, this is usually how I felt :

  • I would blame myself for 5 minutes, thinking I could have avoided the incident
  • Then I would laugh at myself because I’m in the middle of the nowhere and it’s just hilarious that the incident happened right here, right now.
  • Finally, I would get the job done, slowly, to make sure that I don’t have to puncture again in the next hour.

Lichtenstein is a good example : it’s one of the smallest (40,000 inhabitants) but also one the most expensive countries in Europe. Of course I had a puncture in Lichtenstein. It’s so hilarious it took me 10 minutes to recover from this big joke. Nothing ever happens in this country, nobody knows it exists, but I had an issue right THERE and of course my patches didn’t work (!!). So, after blaming myself and laughing at the situation, I luckily found a bike shop and bought a patch kit and a spare inner tube (10 euros for the inner tube, HAHAHA, I could have bought 4 of these in France). Anyway, it took me one hour again because I really wanted to fix my inner tube. I looked for every possible hole, methodically, and it was good then!

If you have more questions just comment this article, I will answer them 🙂 

Enjoy the road!

Poèmes de voyage (3)

En attendant les articles sur la fin du voyage (j’écrirai à mon retour en France, je suis actuellement à Vienne après plus de 6000km à vélo), voici quelques poèmes écrits sur la route ces dernières semaines. Bonne lecture !

 

Bulgarie.

Forêt bulgare

Couleurs automnales

Les feuilles craquent

Et moi patraque,

Je déboule sur mon vélo

Musique en stéréo

Seule sur une chaussée abîmée

Je patine dans la montée

Des gouttes tombent

Et toujours pas un homme

En vue. Je pédale plus fort

Tandis que mon corps

Se réchauffe. Enfin la descente

Mais je tremble car il vente.

Je traverse un village

Vois des jeunes de mon âge

Et dans la nuit profonde

Je continue ma ronde.

Où dormir ? Je cherche un chemin isolé

En trouve un près d’une maison abandonnée

Et montre ma tente. La pluie reprend,

Mais au sec je suis à l’abris du mauvais temps.

Demain il faudra repartir,

La mer Noire en ligne de mire.

Mais j’ai encore ce soir pour écrire,

Manger mes vivres et bien dormir.

_MG_5293.JPG

Roumanie.

Je m’enfonce dans la forêt

Pédale sans arrêt

Animée par la douceur automnale

J’en oublie que j’ai souffert, le visage pâle

Comme si une nouvelle vie débutait

Je vois des arbres par milliers

Ca grouille, ça chante

Et moi toujours aussi lente

Je continue, parmi les vignobles

Me rappelle ma vie à Grenoble

Le bon vin et le reblochon

La crème de marrons

Bientôt le retour en France

Et une vie qui recommence.

_MG_5666.JPG

Bucarest.

Chaos urbain

Boulevard roumain

Que fais-je ici

Loin de ma patrie ?

 

Zigzaguant entre les voitures

Il me faudrait presque une armure

Des portières qui s’ouvrent

Faites qu’on me couvre !

 

Le même capharnaüm à ma droite

Comme à ma gauche, des citadins dans leur boîte

Et moi sur mon deux roues

J’évite les fous

 

Du volant, rebondis sur le trottoir

Utilise les flaques comme mirroir

C’est une course pour le temps

Voir de nouveaux printemps

 

Je dépasse les voitures immobilisées

En quête d’équilibre, pour ne pas tomber

Et après deux longues heures qui paraissent une journée

J’arrivée enfin de l’autre côté

 

J’ai traversé Bucarest

D’est en ouest

Et, exténuée,

Une question hante mes pensées :

 

Pourquoi tant de monde entassé

Dans si peu de mètres carrés ?

_MG_5685.JPG

Serbie.

Le plat pays

C’est ici aussi

En Roumanie

Comme en Serbie

 

Des champs de blé

Durant une éternité

Ou de maïs

Tandis que je glisse

 

La pluie n’aide pas

Et je ne peux pas

 

Changer de chaîne.

Pas de télécommande

Que de la viande

Quelle aubaine !

 

Du poulet, du bœuf,

Rien de bien neuf

A l’est peu de légumes

Personne n’est poids plume

 

Et moi, dans tout ça

Je pédale sur le plat

Toujours la même chose

C’est une journée morose

 

A quand les sommets ?

Je rêve de remonter

Conquérir de nouvelles montagnes

Ce serait moins le bagne

 

Que de pédaler sans ne rien voir changer

Que de voir des terrains souvent abandonnés

O maudits champs de blé

Quand vais-je enfin te quitter ?

_MG_6012.JPG

Budapest.

Des touristes affairés

Et moi dans mes pensées

Pourquoi rentrer ?

J’ai trouvé ma paix

 

1 an est passé

Et ici rien n’a changé

Toujours des touristes sur la chaussé

Et un nouveau couple de mariés.

IMG_6445

Retour.

Les kilomètres défilent

Le linge sale s’empile

Et moi dans ma bulle

Libre comme une libellule

 

Je traverse l’Europe

L’euphorie me dope

Retour progressif à l’ouest

Mais j’ai guère envie de quitter l’est

 

Je commençais à m’y plaire

A apprécier cette atmosphère

Ici plus de portes qui s’ouvrent

Je n’ai plus envie de revoir le Louvre.

IMG_20191013_225943_534.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Poèmes de voyage (2)

Voici d’autres poèmes que j’ai écrits sur la route. Bonne lecture 🙂

Grèce.

La Méditerranée c’est pareil partout

Des champs d’oliviers par milliers

Des millions de plages où se baigner

Mais les vacances ont un coût

 

Des déchets qui jonchent les routes

Une bourrasque et c’est une bouteille qui vole

Si seulement l’unique problème était l’alcool

Mais c’est tout le mode de consommation qui coûte

 

A l’environnement, qui a besoin de centaines d’années

Pour se débarasser de ce foutu plastique

Vraiment l’Europe n’est guère mieux que l’Amérique

Quand cessera-t-on de polluer ?

 

Je continue de pédaler

Vois toujours plus de vacanciers,

Me dis que cette situation n’est pas tenable

La société du tout jetable

 

Quand tous les continents consommeront comme nous

Quand les océans auront déchaîné leur courroux

Il sera trop tard pour agir

Tous dans le même bateau, nettoyons le navire

 

Pour vivre mieux

Réalisons de meilleurs vœux

Arrêtons d’être des moutons

Et ensemble, marchons dans la bonne direction.

IMG_3628

Grèce (2)

Comme à la maison sauf qu’ici je ne connais personne

Les mêmes paysages tous les jours je traverse

Et les grillons qui me bercent

Me font oublier qu’en Grèce les voitures me klaxonnent

 

Moins, et la route n’est que plus difficile

De longues ascensions que j’enchaîne

Avec des descentes sinueuses, quelle aubaine

Et en manque de sucres je pédale sans style

 

A la recherche d’un n-ième supermarché

Pour une nouvelle boisson sucrée

Du pain et du tahin,

Et bien sûr des bananes

Qui sont une incroyable mâne

 

D’énergie, peu importe où

Je suis, mon alimentation reste la même

Quelques fruits de plus ou de moins

Sinon du pain et du tahin

C’est comme ça que je sème

 

Assez de graines, pour repartir

Remonter sur le vélo qu’il fasse 40 ou 0,

Sur la route j’ai les crocs

Et en ligne de mire,

 

Toujours un nouveau cap

Une destination qui me pousse

A quitter mon confort, ici pas de housse

De couette, ni de draps

 

J’improvise, je réduis et me contente de peu

Je continue malgré les creux

Un coup de pédale de plus,

Un coup de pédale de plus

 

Je sais que je reviendrai un jour ou l’autre

Avec un projet qui sera le nôtre.

 

IMG_3822

Six nuits.

Six nuits à te contempler

O ciel étoilé

A imaginer d’autres mondes

Que tu réfléchis sur l’onde

 

Des vagues qui me bercent

Ciel et mer vous êtes toujours frères

Poséidon tu es roi dans la mer,

Zeus c’est avec ta foudre que tu transperces

 

Et tous les deux vous régnez

Toutes les batailles vous gagnez

Nous les mortels ne sommes que de passage

Des observateurs qui connaissent bien les adages

 

Vivre avec vous plutôt que de vous combattre

Pour ne plus avoir cette sensation âpre,

Un peu de vent et de l’eau salée

C’est tout ce qu’il nous faut pour exister.

 

IMG_3941

L’usine.

Seule sur ma route

Le bruit des usines j’écoute

Elles me parlent

Me disent qu’il faut être vénal

Elles veulent que je revienne

Dans leur antre, pour me dévorer comme une hyène

Broyer mon corps

En m’offrant soi-disant du confort

L’usine je l’ai connue pendant un an

Je lui ai beaucoup donné

Puis je l’ai laissée tomber.

IMG_5057

Sklithro.

Soleil rougeâtre

Bientôt la nuit mais je continue de me battre

En pleine ascension sur ma route déserte

Je me dis que mon corps est tout sauf inerte

 

Je gravis la montagne avec les derniers rayons

De soleil, qui rebondissent sur mon dos tel un ballon

J’observe le ciel changeant

Tandis que mon corps est en mouvement

 

Seule dans ce microcosmos

Je suis une astronaute égarée

Gravissant la bosse,

Et quelque peu perdue sans sa fusée

 

Des couleurs à en faire pâlir un peintre

Je suis là, ne sachant où me mettre

Invitée à ce spectacle ésotérique

J’en ai les yeux qui piquent.

IMG_4396

Mont Olympe.

Mont Olympe

C’était 20 heures et tu étais embrumé

De grands nuages t’entouraient

 

Mont Olympe

Tu étais mystérieux à cacher ta pointe

Derrière ce drap blanc qui protégeait ton enceinte

 

Mont Olympe

Pour la première fois je t’ai vu

Et en un instant mon cœur a fondu

 

Mont Olympe

J’ai repensé à la famille qui vit là-haut

A la boîte de Pandore et tous ces maux

 

Mont Olympe

Tu m’as éclairé dans la nuit profonde

Et guidée comme un berger dans ce monde

 

Mont Olympe

Tu étais si majestueux

A chatouiller les cieux

 

J’étais sur mon vélo

Et tu étais là-haut

Mont Olympe tu étais si beau.

 

IMG_4479

La descente.

62km à l’heure

Et à toute vitesse bat mon cœur

Je fonce dans la descente

M’y enfonce comme dans une antre

 

En bas un lac et des champs

Rien de fantasmagorique, et pourtant

Les sensations sont toujours plus fortes

Comme si je marchais au cœur d’une cohorte

 

Il faudra sûrement remonter

Mais j’ai encore quelques secondes pour souffler

Profiter de cette ivresse qu’est la vie

Et que je chaque jour je bénis.

 

IMG_4862

Vent de face.

Vent de face

Quelle grâce !

Je fais du sur place

Et tel un mur de glace,

 

Tu me raidis le corps.

Les muscles ensuqués

Je suis gelée, et,

Lutte pour vivre encore.

 

Je vois ton onde sur la broussaille

O vent, quel adversaire de taille !

Déchaîné comme dix maux sortis de leur cage,

Tu tords même le fer sur ton passage.

 

Cesseras-tu un jour, ou cherches-tu notre perte ?

Veux-tu trouver l’amour, ou rendre nos corps inertes ?

_MG_4950

Turquie.

Trop occupée à vivre

Pour prendre la plume et écrire

On m’invite à boire du thé

Me salue à longueur de journée

 

Personne ne me connaît et cependant

Je me sens moins étrangère qu’en restant

A la maison, où l’on ne connaît pas les voisins

Alors qu’ici on me sourit de bonne heure le matin

 

Finalement c’est l’UE qui ne mérite pas la Turquie

Trop de générosité comparé à ma patrie

Des gens chaleureux et accueillants

Une merveille, l’ancien empire ottoman !

DSC_0029

UE.

Comme si l’appartenance à une organisation créait une marque déposée

Qui nous empêche de penser

Exilée sur la chaussée

Ici personne ne m’offre de thé.

_MG_5130

 

De Thessalonique à la mer Noire, en passant par la Turquie (semaine 9 et 10)

Je commence cet article avec une carte de mon parcours, en vert celui de ces deux dernières semaines, et en orange celui des deux semaines d’avant 🙂 c’est approximatif mais ça vous donne une idée !parcours vélo.png

JOUR 43 : et on partage l’aventure !

A Thessalonique, je me repose quelques jours chez mon ami grec Giannis. Sa famille a une superbe maison avec piscine en banlieue, et qui surplombe la ville. Il me fait visiter la ville, me montre les ruines, et nous revoyons la cycliste allemande que j’avais rencontrée sur la route. Elle est hébergée par une belge flamande, qui voyage à vélo…jusqu’en Nouvelle-Zélande ! Elle nous raconte ses périples sur la bicyclette, à commencer par un voyage dans le Sahara occidental jusqu’au Sénégal. Il y a toujours plus fou que soi !

Le jeudi 5 septembre, il est temps de repartir. On se motive un peu trop tard pour faire réparer mon vélo (il faut changer les pédales et réparer un rayon qui s’est cassé, entre autres) et le premier magasin nous dit qu’il ne peut me rendre mon vélo qu’en fin d’après-midi…L’autre magasin, carrément le lendemain. Finalement, Giannis parlemente un peu avec le 2e magasin, qui n’a pas l’air d’avoir de clients, et je ne sais pas trop quels arguments il utilise en grec mais ça fonctionne. Ils s’occupent de mon vélo dans l’heure !

DSC_0005

Hop, en selle, et je m’élance. Au final ce n’est pas si tôt que ça (17h45), j’ai un peu traîné chez lui mais c’est pas grave. Je faisais joujou avec le téléphone que je me suis achetée d’occasion à Thessaloniki : il permettra au moins de me repérer sur maps.me même s’il ne me localise pas, sans carte sim (maps.me, c’est google maps en mieux : on peut télécharger gratuitement les cartes de chaque pays) et de communiquer lorsque j’aurai du wifi. Ca ira plus vite que d’allumer mon ordinateur… Pour 60€, j’ai ainsi un téléphone Sony Ecicsson à l’écran tactile plus grand que tous les téléphones que j’ai jamais eu ! Ca me fait bizarre d’avoir de nouveau un téléphone dans les mains, après deux mois sans. Mais ça me facilitera un peu le reste du voyage !

En selle, la route commence bien : que de l’ascension, déjà que pour arriver à Panorama c’était 300m de montée. Alors que je sors à peine de chez Giannis, je vois au loin un cycliste bien chargé : serait-ce mon jour de chance ? Je le perds de vue, puis le revois juste avant la longue descente qui mène dans les plaines grecques. Je fais la connaissance d’un allemand de mon âge, qui voyage en vélo avec 2 amis jusqu’en…Inde au moins ! Il m’explique qu’ils se sont séparés pendant quelques semaines pour revoir leurs copines respectives, et qu’ils se retrouvent ce soir. Ses deux amis ont trouvé un spot où camper près d’un lac, et il me propose de me joindre à eux. J’accepte bien évidemment !

On roule tous les deux jusqu’au lac à la tombée de la nuit, puis dans le noir (il fait nuit vers 20h30. On se retrouve à un moment à rouler sur un petit chemin de terre qui passe par des champs et que son application nous a recommandée. Superbe coucher de soleil depuis cet endroit !

IMG_4558.JPG

On galère un peu pour trouver le spot de ses amis, il y a plusieurs chemins et tous sont pleins de sable. Le vélo s’enfonce et on finit par le pousser. Quand on arrive, c’est 21h30 et les 2 allemands sont déjà bien installés. Ils ont vraiment trouvé un spot de rêve ! On est à côté du lac, et il y a assez de place pour mettre une dizaine de tentes au moins. Ils ont déjà fait à manger, et je partage du fromage, pain et autres choses que j’ai achetées le jour même. En bons allemands ils ont des bières, et je ne dis pas non, je n’ai quasiment pas bu d’alcool de l’été ! Et après une heure de galère, ils parviennent à ouvrir une bouteille de vin blanc au couteau.

Je me dis que c’est bien sympa de partager l’aventure. C’est complètement différent de lorsque je campe seule, là on discute, écoute de la musique, bref on passe plus de temps ensemble alors que seule je reste dans ma tente. Après seule je dors davantage, parce qu’en étant entouré on veille plus… Et comme ils sont 3, ils me disent que le temps de s’organiser le matin, ils partent souvent à midi. Ca fait tard ! Ils sont aussi bien chargés : ils portent chacun 50kg… Quoi qu’il en soit on passe une agréable soirée, et je dors comme un bébé.

Bilan : 45,5km et 3h de vélo !

IMG_4567.JPG

Jour 44 : des galères, mais une belle fin de journée

Je repars vers 10h30, voyant bien que mes amis allemands ne seront pas prêts avant une bonne heure. La route est plutôt plate, et je suis les panneaux. Je vois sur ma carte qu’il y a une route nationale qui mène jusqu’à la frontière turque, donc elle sera facile à trouver. C’est bien évidemment quand je me rachète un téléphone qu’il ne me sert à rien !

J’avais déjà eu du vent de face en continu d’Athènes à Thessalonique, et c’est la même chose vers l’est. Je me demande quand est-ce que le vent va finir par tourner..

Je m’arrête au premier Lidl que je vois pour m’acheter un short, car mon short de cyclisme s’est complètement troué entre Athènes et Thessalonique. Bien sûr, on est début septembre et comme l’été est fini, les seuls shorts que je vois sont au rayon lingerie…Je m’achète donc un short ultra fin avec un petit nœud papillon. Ce n’est pas l’idéal mais ça fera l’affaire pour quelques jours ! Et pour 4€, ça va.

20190906_130913.JPG

Je trouve une plage quasiment déserte un peu plus loin, et y fais une bonne pause. Au moment de repartir, mauvaise surprise : le pneu avant est à plat. Ca m’énerve ces galères de pneus depuis Athènes, mais je fais avec. Je n’arrive pas à trouver de trous, et ne comprenant donc pas d’où vient le problème, je ressors une ancienne chambre à air que je n’avais pas eu le temps d’étudier. Alors que je galère avec ma chambre à air dans l’eau de mer pour trouver le trou, deux bulgares viennent m’aider et le trouvent rapidement. Ils me disent que l’eau de mer n’était pas une bonne idée : ça va attaquer ma chambre à air. On la nettoie aussi bien qu’on peut, puis la remet dans le pneu une fois que j’ai mis la rustine. Ce vélo commence à me gonfler, les pneus sont extrêmement galères à enlever et remettre, même dans les magasins de vélo je les vois en difficulté !

20190906_120028.JPG

Je repars enfin, vers 17h, et continue ma route en bord de mer. Je vois un superbe coucher de soleil, et on comprend bien que l’été est fini : il n’y a plus personne sur les transats. C’est étrange que ça se soit vidé d’un coup, alors qu’il fait encore beau début septembre…

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je cherche un spot où dormir, et voyant sur plusieurs kilomètres que le camping sauvage doit être plus ou moins toléré car des voyageurs en van ou camping-car sont installés ça et là, je monte ma tente un peu plus loin sur la plage au bout d’un petit chemin de terre. Superbe spot, et plage privée pour moi, c’est cool !

Bilan : 66km et 4h de vélo !

_MG_4668.JPG

Jour 45 : champs d’oliviers, le retour

Je profite de mon spot et y reste à lire jusqu’à 11h du matin. Alors que je suis assise sur la plage, un grec arrive avec sa famille pour chercher des cailloux (drôle de hobby ?) et m’offre un melon ! C’est lourd dans les sacoches, mais je le mangerai plus tard quand je serai en manque de sucre et d’eau.

Quand je repars, je retrouve une route vallonnée comme partout en Grèce. Je tombe sur un nouveau Lidl et y fait quelques courses, et me « douche » dans la mer. Je vais repartir dans les terres grecques et ma prochaine baignade ne sera pas tout de suite. Je suis sur le point de repartir, et un allemand, Max, la trentaine, décontracté, m’aborde : il m’a vue avec mon vélo et est curieux. Lui voyage en van avec sa famille, « jusqu’en Iran au moins », et a suivi le même itinéraire que moi en van. Ils sont partis de Dresde en mai ! Je n’ai pas le temps de lui demander mais je pense qu’il doit faire l’école à ses enfants, étant sur la route si longtemps.

Je continue mon chemin, et je suis surprise par la ville de Kavala : je n’y serais jamais allée de ma vie, mais c’est sur ma route et la ville est charmante avec sa forteresse.

IMG_4717.JPG

Après, par contre, c’est moins intéressant : je traverse une grande zone industrielle, avec des installations de pétrochimie. Ca me rappelle mon arrivée à Athènes !

Alors qu’il est 19h30, je recherche un spot où dormir. Sur la route nationale, il n’y a pas vraiment d’opportunités donc je prends un route de campagne sur la gauche, et dors dans un champ d’oliviers un peu avant Gerontas. J’observe un magnifique coucher de soleil depuis mon champ, et les couleurs me donnent l’impression de regarder un documentaire sur la savane.

Pas de chance pour moi, c’est samedi soir et des grecs pas loin de là ont décidé de faire la fête : j’ai droit à Despacito, et tout un tas de chansons pop, jusqu’à 2h du matin ! Aussi la nuit est fraîche, j’avais pris l’habitude de dormir à la belle étoile en Grèce mais je sens que je ne vais plus pouvoir faire ça longtemps…

Bilan : 85,5km et 6h de vélo !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 46 : les galères, le retour

Je pars tôt, pour une fois : c’est à peine 7h45, et j’ai déjà mangé mon petit déjeuner. La route jusqu’à Xanthi est plate, et pas des plus intéressantes. Le seul truc sympa, c’est les figues que je trouve régulièrement en bord de route et dont je me gave ! Après cette ville, il y a davantage à voir et je longe un lac, tombe sur un marché turc où je m’achète des bananes, et vois une jolie église.

IMG_4772.JPG

Je touche mon pneu avant, et il est quasiment à plat. Je le regonfle 5 fois en 20km, souhaitant m’arrêter à une station essence pour être sûre de bien le regonfler. Et évidemment c’est quand on en cherche une qu’il n’y en a pas, alors que d’habitude j’en vois tous les 2km !

Finalement, à Komotini, je m’arrête à la station Shell et vois que le sel a attaqué ma chambre à air. Je la change pour une fois assez rapidement (en 45min, je m’améliore !), et au moment de partir, les employés m’offrent de l’eau ! Ils sont quand même sympa, ces grecs 🙂

_MG_4784.JPG

On est dimanche, et la ville est désertique : c’est un pays orthodoxe, et c’est aussi mort que l’Autriche catholique. Tous les magasins sont fermés à part quelques supérettes de quartier, et il n’y a personne sur la route. J’emprunte un grand boulevard, et suis quasiment seule dessus.

_MG_4785.JPG

Après la sortie de la ville, c’est bien vallonné et la route nationale se rétrécit. C’est plutôt une petite route de campagne maintenant. Je vois toujours autant de champs de coton, et c’est impressionnant de voir la quantité d’eau que cela nécessite. Je me demande pourquoi c’est un pays aussi sec que la Grèce qui est le plus gros producteur de coton en Europe…La Grèce fournit 80% du coton européen selon les chiffres officiels. Rien que ça !

_MG_4766.JPG

A la sortir d’un n-ième village, c’est une grande descente et je tourne au bonheur la chance à ma droite sur une petite route en terre. J’y ai repéré un espace isolé avec quelques arbres, dans un champ de coton. J’ai la flemme de monter ma tente, mais sentant qu’il fera froid, je la déplie et utilise le plastique vert comme couverture. Je dors très bien et n’ai pas froid !

Bilan : 112,5km et 7h de vélo !

_MG_4846.JPG

Jour 47 : retour sur la côte

On est lundi, et je vais donc enfin pouvoir trouver des magasins ouverts. La veille j’ai fini quasiment toute la nourriture qu’il me restait et je suis un peu affamée !

Je repars vers 9h30 de mon champ de coton après mon petit déjeuner. Je découvre que je n’ai plus de gaz dans ma cartouche, et qu’il va falloir que j’en trouve une compatible..

Pas de chance, c’est une longue montée qui m’attend et aucun village n’est en vue. Je suis vraiment à sec niveau nourriture, et l’effort est difficile. Je traverse une forêt, puis c’est enfin la descente qui me ramène sur la côte. J’ai un gros vent de face, et ça me limite souvent à 30 ou 40km/h…

IMG_4862.JPG

J’arrive enfin à Alexandroupoli, la dernière « grosse » ville grecque avant la Turquie. Je trouve un camping municipal à l’entrée de la ville, et y reste une nuit pour 10€. Seulement mon 3e « vrai » camping en Grèce, après un mois dans le pays, et le plus « cher ». Je peux enfin faire une lessive (enfin, laver à la main), et faire des courses au Lidl. Inutile de dire que je ressors du supermarché chargée comme un âne, j’ai grand faim !

IMG_4869.JPG

Le soir, alors que je fais un tour dans le camping, je vois un motard avec une plaque française. Je tombe sur Christophe, un français quinquagénaire originaire de Toulouse, qui a tout vendu pour voyager en moto jusqu’en Australie. On passe la soirée à discuter, et ça me fait plaisir de rencontrer un bon vivant du sud-ouest. Je me dis que les voyages à moto et à vélo ne sont pas si éloignés que ça : la vie à côté de la machine est la même, on fait du camping sauvage et rencontre des locaux. La grosse différence, c’est la vitesse (il fait 300km par jour) et l’effort physique bien sûr. Quoi qu’il en soit je suis ravie de rencontrer un aventurier !

Bilan : 33km et 2h30 de vélo !

Jour 48 : direction la frontière turque

Je traîne au camping, voulant profiter du wifi, mais ce n’est pas une bonne idée car il est ultra lent. Comme partout où j’ai été en Grèce, que ce soit des campings, auberges ou chez les gens…Je repars donc vers 16h30, après avoir fait quelques courses et cherché en vain une cartouche à gaz. Les stations essence n’en vendent que de 500g et c’est beaucoup trop pour moi !

La route monte bien, je quitte la côte pour les terres, et me retrouve dans la campagne. Ici, quelques bergers, des usines, champs de coton, et c’est tout. Il n’y a quasiment personne, et aucune plaque turque sur la route. Je n’ai pas l’impression d’être si près de la frontière… Je pédale un peu de nuit, puis cherche un spot. Il n’y a que de grands espaces à découvert, avec tous ces champs, et j’opte finalement pour un petit bosquet en marge de la route, à 6km de la frontière, avec des fourrés qui me protègent un peu.

Je m’endors bouffée par les moustiques, en me disant que les nuits suivantes je monterai ma tente. Je me réveille avec les lèvres des frères Bogdanov, et une joue qui a doublé de volume. C’est pas sexy

Bilan : 42km et 3h30 de vélo !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 49 : Merhaba, bonjour la Turquie !

Je repars vers 10h30, pas pressée par le temps, lis un peu puis enchaîne des montées et descentes avec un fort vent de face en continu jusqu’à la frontière turque. Je ne dépasse pas les 13km/h sur le plat, et 5km/h quand ça monte. C’est frustrant..

A la frontière, je suis surprise de voir des files aussi longues de camions : il y a à tout craquer 10 voitures, et je n’attends quasiment pas. Par contre, les camions doivent attendre des heures côté grec et côté turc…

IMG_4904

On me demande une fois de plus où je vais, ce que je vais y faire, et si je suis seule. Tourisme ? Si transpirer sur son vélo comme un bœuf est du tourisme, alors oui…

Arrivée en Turquie, je me retrouve directement sur une voie rapide et à rouler sur la bande d’urgence. Je regarde sur mon application s’il y a d’autres options, et la seule solution serait de faire un détour de 30km par le nord…J’en ai aucune envie, avec ce terrible vent de face qui me freine et m’erreinte. Ce sera donc 200km sur la voie rapide en Turquie, car il ne semble y avoir que ça ! Ca ressemble d’ailleurs plus à une autoroute, les turcs roulent vite, il y a deux voies, et des sorties comme sur l’autoroute. Mais je me sens en sécurité car la bande d’urgence est large, et que j’ai assez de place.

_MG_4950.JPG

Surtout, il y a plein de tracteurs qui l’empruntent, dont un que je croise à contre-sens (voici la vidéo !) : https://youtu.be/qYz0d-iaGnU

C’est quand même un autre délire la Turquie, non ?

Je passe mon après-midi à saluer des tracteurs et camionneurs sur mon vélo, les gens aiment l’intéraction ici et ça m’avait manqué ! Le dernier pays en date était l’Albanie. C’est amusant, et j’y prends goût. Le temps passe beaucoup plus vite ! Je fais aussi mes premières courses en Turquie, un pays toujours aussi peu cher depuis que j’y suis allée en décembre.

C’est rapidement la fin de journée, et je cherche un spot où dormir. Je trouve un petit chemin en bas d’une belle descente, à 45km de la prochaine grande ville, et c’est parfait : l’endroit est plat, un peu abrité, et de toute façon vu la vitesse des voitures personne ne me verra. En plus, le camping sauvage est légal en Turquie !

Bilan : 73,5km et 6h de vélo !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 50 :premières rencontres

Je profite du fait que le camping sauvage soit légal pour traîner dans ma tente, et repars un peu avant 11h.

C’est difficile car la route n’est jamais plate. C’est des montées à 5, 6, 7%, qui sont longues et fatiguantes avec le vent, et de courtes descentes. Aussi, je suis surprise des paysages : il n’y a que des champs de blé, ou presque. Ca explique le vent, on n’est jamais à l’abri…

Après une bonne pause sur une sorte d’aire, je repars et un turc en tracteur me fait un signe : il m’invite à boire du thé avec lui, une tradition en Turquie. Il ne sait compter que jusqu’à un en anglais, et ne semble pas connaître d’autres mots que « one » donc la conversation est limitée, d’autant que mon turc est très basique. Mais comme j’avais déjà pu le découvrir lorsque j’étais allée en Turquie en décembre, il y a énormément de mots français depuis que la langue a été réformée par Ataturk il y a quasiment un siècle. Par chance, vélo se dit « bisiklet » ! Je répète ça, et le nom des pays où je suis allée. Je bois (au moins) trois tasses de thé dans le petit verre typique, et je comprends en discutant avec lui en faisant des gestes qu’il ne gagne pas très bien sa vie, mais que c’est son métier et qu’il l’accepte. Il me fait des signes, me montre son champ derrière, et on se quitte après une petite photo sur sa demande :

DSC_0029.JPG

La route jusqu’à la prochaine grande ville, Tekirdag, est toujours aussi vallonnée et venteuse, et la descente à l’entrée de la ville est dangeureuse.La route tourne, et le vent aussi, sans oublier les appels d’air des camions qui me doublent et qui me propulsent un coup à droite, un coup à gauche. Je serre les dents et surtout mon guidon. C’est comme les montagnes russes, mais en moins fun…

Je découvre trop tard que j’aurais gagné du temps en traversant la ville plutôt qu’en restant sur la voie rapide, qui contourne la ville par la colline alors que la ville était au niveau de la mer. Je perds du temps, et la circulation est dense donc ce n’est pas une partie de plaisir.

Après une heure sur cet espèce de périphérique, je suis enfin à la sortie de la ville. Je vois marqué « camping » sur ma droite et un turc me fait signe d’avancer. Je lui demande : « english ? » il me répond « turkish ». Et merde… Heureusement je sais dire oui et non en turc, et je me fais comprendre lorsqu’il me dit de mettre ma tente sur la plage. C’est mort avec un tel vent !

En fait, c’est pas un camping comme on l’entend : il n’y a que des bungalows, pas d’emplacements pour les tentes. Mais il me trouve finalement un spot à peu près abrité, et j’y monte ma tente.

_MG_4990.JPG

Je lui demande s’il y a un petit restaurant où aller manger, il me fait un signe puis me dis d’attendre. Je ne comprends pas pourquoi, et il commence à faire tard alors je finis le fromage grec qui me reste et mon pain. Je me dis qu’il veut peut être m’offrir à manger, mais non, on ne saura jamais. Il revient les mains vides, et essaie de faire un peu la conversation. Alors que je fais charger quelques appareils électroniques sur l’unique prise, il fait un signe en voyant ma petite enceinte et me demande de mettre un peu de musique. Ok, pourquoi pas ! Il veut ensuite danser, et tente alors de m’embrasser : je le repousse énergiquement, et se sentant visiblement mal, il part et reste cloîtré dans sa pièce à regarder la TV le reste de la soirée. Cette mésaventure me rappelle qu’il faut toujours être sur ses gardes, peu importe où l’on est !

Malgré le vent, je dors bien 10h et me sens reposée le lendemain.

Bilan : 63km et 5h15 de vélo !

Jour 51 : gros vent de face

Je repars en fin de matinée, après avoir lu un peu. Le turc cherche visiblement à expier ses fautes, et m’aide à démonter ma tente. Je repars sans lui sourire, trouve rapidement un supermarché où faire des courses, et fait face aux pires conditions climatiques depuis le début de ce voyage. Le vent n’a jamais été aussi violent. Je pensais ne plus en avoir car je mettais cap au nord-est et plus à l’est, mais le vent vient semble-t-il du nord-est donc je me le prends plein face. C’est simple, je fais 15km en 2h, et même si la route est vallonnée, c’est un record de lenteur. Ce n’est pas un petit vent de face, c’est un mur de glace

J’écris d’ailleurs ce poème, pour l’illustrer :

Vent de face

Quelle grâce !

Je fais du sur place

Et tel un mur de glace,

 

Tu me raidis le corps.

Les muscles ensuqués

Je suis gelée, et,

Lutte pour vivre encore.

 

Je vois ton onde sur la broussaille

O vent, quel adversaire de taille !

Déchaîné comme dix maux sortis de leur cage,

Tu tords même le fer sur ton passage.

 

Cesseras-tu un jour, ou cherches-tu notre perte ?

Veux-tu trouver l’amour, ou rendre nos corps inertes ?

Je suis en apnée, j’arrive à peine à respirer et je me bats chaque seconde contre le vent. Mais c’est un combat qu’on subit, on n’en sort pas vainqueur. C’est la survie. Je maudis les turcs d’avoir rasé toutes leurs forêts pour faire des champs de blé, le vent se déchaîne sur les grandes plaines. C’est terrible, d’autant plus que je suis toujours sur la bande d’arrêt d’urgence et qu’il commence à y avoir des bouts de verre sur la chaussée. Et comme j’ai fait des courses, j’ai facilement 30kg sur le vélo. C’est dur. J’ai pas d’autres mots. Voici un extrait, en vidéo : https://youtu.be/Vwkz85_MSKY

J’arrive enfin à la ville de Corlu, et mets une heure avant de trouver le magasin Décathlon.La ville n’a pas vraiment de charmes, c’est une ville de banlieue avec de gros immeubles.

IMG_4999.JPG

C’est la raison principale pour laquelle je suis passée par là, il faut vraiment que j’achète un kit pour réparer la fibre de verre de ma tente, que je trouve une cartouche de gaz qui corresponde à leur réchaud, et que je m’achète enfin un short de vélo… Le personnel est adorable, ils sont tout contents d’apprendre que je suis française: « mais Décathlon, c’est français !! » et je trouve deux employés qui parlent anglais. l’un d’entre eux s’occupe un peu de mon vélo, me regonfle les pneus et vérifie ma chaîne pour 0€. Je crois que je deviens hypocondriaque pour mon vélo : depuis que j’ai eu un problème avec ma chaîne au début de ce voyage, dès que j’entends un bruit, j’ai peur que tout le système soit à changer…mais tout va bien, ouf.

Je repars du magasin à 17h, moi qui pensais y être pour 12h. Alors que je sors de la ville et cherche à récupérer la voie rapide, un turc m’aborde, m’explique qu’il est cycliste lui aussi et que la route est bloquée de ce côté ! Je le remercie, fais demie tour et retrouve enfin la voie rapide. Vu l’heure tardive, elle est très fréquentée et je me demande même à un moment si je suis sur la bonne route.. Je m’arrête rapidement en bord de route, juste le temps de sortir ma boussole, mais j’ai bien le bon cap. Je continue donc, doublée par des centaines de camions, et pour cause. J’ai rarement vu une aussi grande concentration d’usines, je vois une grosse usine Sanofi, Mondi (papier), Miko (les glaces), d’aluminium, de béton… C’est sans fin !

Une idée, en vidéo, de ma fin de journée : https://youtu.be/TBgFuERfHWE

Il est quasiment 20h, je passe en mode nuit et me demande où je vais bien pouvoir dormir. Il y a bien des parcs à côté des usines, mais avec la pollution ça ne me dit rien du tout. Je continue, puis vois enfin quelques champs de blé. Ils sont globalement à découvert, mais c’est en bas d’une descente et les véhicules roulant vite, je me dis qu’il y a peu de chance qu’on me voie. Surtout que ma tente est verte et se fond dans le décor. Hop, je monte ma tente et passe une bonne nuit au chaud !

Bilan : 73,5km et 6h de vélo !

_MG_5020.JPG

Jour 52 : retour des galères..

Alors que je compte trainer un peu dans le champ avant de repartir, je touche mon pneu avant et surprise : il est à plat…J’en ai vraiment marre, je passe une heure à le démonter et analyser la chambre à air sans trouver aucun trou. Je me dis que je suis myope ou alors c’est le pneu qui doit avoir un problème..

Je remets la chambre à air, regonfle, et m’arrête à la station essence un peu plus loin, voyant que le pneu s’est déjà dégonflé. Je me décide finalement à changer de chambre à air, et utiliser la dernière que j’ai. Alors que je suis en train de démonter ma roue, un tracteur s’arrête et un turc sexagénaire m’aide. Il ne parle pas anglais, mais connaissant trois mots de turc (littéralement..) on se comprend plus ou moins et met la nouvelle chambre à air. Je l’ai achetée à Thessalonique et je vois que ce n’est pas de la grande qualité, comparé à celle que j’avais (une chambre à air Continental) mais ça fera l’affaire…j’espère.

20190914_083218.JPG

En tout cas les employés sont adorables, et m’offrent de l’eau, du thé, du café et un sandwich. Je m’installe dehors à la table, et lorsqu’un client arrive, on utilise google traduction pour parler. Je rencontre Taner, un vétérinaire du coin, dont la première question est « comment puis-je t’aider ? ». La Turquie, sacré pays d’hospitalité !! On discute un peu, et il m’explique que sur la route que j’ai prise la veille, il y a 700 usines…Ca me paraît dingue, mais réaliste, il n’y avait pas un espace sans usine. Il me dit que les usines polluent énormément, l’eau est noire et « tous les poissons sont morts »…

Un peu plus tard, l’employé lui dit qu’il m’a vue dans mon champ en arrivant au boulot ce matin. Taner me demande « t’as vraiment dormi dans un champ de blé ??? ». Ils sont tous les deux bien amusés !

Je repars vers midi, alors que l’employé de la station essence refuse mon argent et met sa main sur son cœur en signe de remerciement. Je n’oublierai pas cette station essence !

Je suis de nouveau sur la voie rapide, puis sur l’autoroute pendant quelques kms (mais n’y vois aucune différence, mis à part que c’est marqué « interdit aux vélos et aux tracteurs »..) avant de récuperer une route normale.

IMG_5043.JPG

Je mets cap au nord, et j’ai encore une fois un énorme vent de face. Comme la veille. Et comme les galères n’arrivent pas seules, je sens que mon pneu arrière se dégonfle

Les paysages sont similaires, c’est des usines, des champs de blé et parfois des arbres. Alors que je m’arrête en bord de route pour faire une pause repas, et que je n’y reste pas plus de 20min, deux véhicules ont le temps de s’arrêter pour voir si tout va bien. La Turquie est en train de devenir mon pays préféré, là où en Europe on m’ignore souvent avec mon vélo !

Je m’arrête un peu plus tard dans une supérette, et l’employé m’invite à boire le thé. Mais il est déjà 15h, et voyant les galères arriver avec ma roue arrière sans parler du vent de face, je me dis qu’il est sage de continuer ma route.

Arrivée à la route de Pinarhisar, je trace ma route vers l’ouest et tombe sur une énorme usine. Decidemment, je ne m’attendais pas à ces mastodontes dans ce coin de la Turquie !

IMG_5057

A partir de la sortie de la ville, la chaussée est naze. Alors que jusqu’à présent tout allait bien, elle n’est pas damée et c’est secousse sur secousse. Surtout, je ne comprends pas : il y a ENCORE du vent de face ! Il me suit, ou quoi ? Ce n’est pas logique, je vais à l’ouest maintenant..Je suis à bout, surtout que mon pneu arrière n’arrête pas de se dégonfler et que je n’ai aucune envie de m’arrêter là pour voir où est le problème. Il faudrait que j’enlève toutes mes sacoches, et que je décroche la chaîne, en plein vent. Je regonfle donc régulièrement ma roue, et arrive vers 19h à l’entrée de Kirkereli. Je continue ma route, voyant le panneau indiquant le « Bulgaristan » à 40km de là. Je serai bientôt en Bulgarie !

IMG_5091.JPG

Il y a toujours autant de champs de blé, mais cette route est peu empruntée et c’est vraiment trop à découvert. Finalement, après une 3e tentative, je trouve une route discrète en contre-bas de la voie rapide, et dors dans mon sac de couchage. Je m’occuperai du pneu demain…

Bilan : 71,5km et 6h de vélo !

_MG_5104.JPG

Jour 53 : arrivée en Bulgarie !

Après mon petit déjeuner, j’enlève la roue arrière et trouve rapidement le problème. Il y a un joli trou, normal que ça se dégonfle.

20190915_092658.JPGJe mets une rustine, remets le pneu, et alors que je suis sur le départ, un berger turc arrive avec ses moutons. Je lui dis « bisiklet Bulgaristan », il observe curieusement mon vélo, me serre la main, et voyant que je trimbale des déchets à l’arrière en quête d’une poubelle, il commence à prendre une canette vide et à la balancer dans la nature…Je lui répète « hayir, hayir ! » (non, non!), la récupère en expliquant que je cherche une poubelle…Enfin, je ne sais pas dire poubelle en turc, et je ne sais pas s’il comprend. Ca en dit long sur la mentalité du pays, en tout cas !

Je m’arrête de nouveau un peu plus loin, car j’ai visiblement mal mis ma chambre à air. Je sens des à-coups à l’arrière, ce n’est pas agréable. Je la remonte donc, et repars enfin, espérant ne plus avoir de problèmes….

La route jusqu’à la Bulgarie est tout sauf facile : c’est globalement que de l’ascension, j’ai l’impression d’être au Mont Ventoux avec les piquets pour la neige au bord de la route. Aussi, il n’y a aucun village directement sur la route, et je suis à court d’eau. Je fais un crochet de 2km et m’arrête à Dereköy, le dernier village avant l’ultime ascension, et trouve heureusement une supérette. On est dimanche, mais en Turquie tout est ouvert, ouf… je n’aime pas acheter de l’eau en bouteille, mais je n’ai pas trop eu le choix en Turquie. Je ne voyais jamais de fontaine à eau, et comme l’eau est polluée dans la région où j’étais ça n’aurait pas été potable très certainement…

De retour sur la route, je vois que la végétation est de retour. C’est moins agricole et plus sauvage. Enfin je vois de grands espaces verts, et des forêts. Mais c’est dur sur le vélo, comme ça grimpe, et ça me prend quasiment 2h pour arriver jusqu’à la frontière bulgare.

En Turquie, même les panneaux de signalisation me rappellent que la route est difficile : « DUR » signifie « stop » !

_MG_5112.JPG

A la frontière, que des voitures bulgares et je me fais plaisir à doubler toutes les voitures qui m’ont dépassée dans la montée..Ma revanche ! Hop, on contrôle rapidement mon passeport et le tamponne, on le vérifie une autre fois côté turc, puis côté bulgare, et ça y est. Je suis de retour dans l’UE ! Je vois un bureau de change, et échange mes liras turques et mes euros. Pour une fois le taux de change est facile : 1€, ça fait 2 LB (lev bulgare). Voici la traversée de la frontière, en vidéo 🙂 https://youtu.be/YVIClODtHYg

Je regarde la route à suivre sur mon application, et c’est facile : il n’y a qu’une route jusqu’à Bourgas, à 80km de là, la première grosse ville bulgare. Surtout, c’est environ 500m de descente, avec par moment quelques ascensions. Mais c’est une grosse forêt tout le long, et il fait froid !

_MG_5130

Ca me rappelle beaucoup la Slovénie. Je n’ai pas vu d’espaces aussi sauvages depuis ce pays-là. C’est fou ! Il est 20h et la nuit approche, donc je me mets en quête d’un spot. Après un premier village bulgare, Zvezdets, qui a des airs d’ancien bloc communiste, je  tente par deux fois des petites routes de terre en marge de la route principale. Mais entends des bruits de pas dans la forêt, et ça ne me rassure pas trop, alors je continue. Finalement la 3e route semble être la bonne, elle remonte au-dessus de la route principale et je n’entends aucun bruit.

Je monte ma tente, car il fait bien frais, et alors que je viens à peine d’y rentrer, j’entends des bruits qui se rapprochent. Des humains ? des animaux ? Ca renifle le sol, retourne les feuilles mortes, s’approche de ma tente…La tension monte, je commence à avoir la frousse. Heureusement que je n’ai quasiment pas de nourriture…Je suis sur le qui-vive dans ma tente, ne bouge que lorsqu’une voiture passe en contrebas, et attends patiemment une demi-heure que les bruits s’éloignent. Je suis quasiment sûre que c’étaient des sangliers, vu le bruit lorsqu’ils reniflaient. Je ne dors pas trop mal dans ma tente, mais j’ai quand même bien froid : la dernière fois que j’ai eu aussi froid, en fait, c’était dans les Alpes, en Slovénie…Je me dis qu’il est temps de rester dans des auberges, et de faire du couchsurfing, sinon je ne vais pas survivre avec mon sac de couchage été.

Bilan : 69km et 6h15 de vélo !

_MG_5158.JPG

Jour 54 : retour à la normale ?

Je me réveille en attendant les mêmes bruits que la veille au soir. Je n’ose pas sortir de ma tente, un peu tétanisée. J’attends, et n’entendant plus les bruits, je sors et plie rapidement boutique. Je lève le poing de la victoire, contente d’avoir survécu.

DSC_0116

Je prends mon petit déjeuner plus bas dans le chemin, puis m’élance dans la descente.

La descente ne dure pas, et ça remonte pendant quasiment une heure. Heureusement, car je me les pelais dans la descente : j’ai du mettre toutes les épaisseurs que j’avais, le vent me gelait le corps. Alors que ça redescend, je croise un cycliste turc, sur son vélo ultra léger. Il fait visiblement une petite boucle dans le coin, car je le vois rapidement revenir sur ma route. Premier vélo que je vois en Bulgarie…et toujours aucun cyclo-touriste depuis les 3 allemands que j’ai vu il y a déjà 10 jours !

Alors que je m’arrête dans un petit village pour acheter à manger (où il n’y a pas de fromage, je me rue donc sur du chocolat qui est malheureusement trop sucré et industriel), je vois deux personnes en gilet fluorescent à la sortie de la ville. Je me dis que ce doivent être des travailleurs, mais quelques kilomètres plus tard je percute qu’il y avait deux sacs à dos à côté d’eux. Ca devait être des auto-stoppeurs ! Je me fais la réflexion que j’en ai quasiment vu aucun depuis le début de ce voyage. Si j’avais percuté plus tôt, j’aurais pu m’arrêter et discuter avec eux. Mais j’étais tellement dans ma bulle que je n’ai pas réalisé...C’est ça aussi d’être à vélo tout le temps, on s’enferme parfois un peu trop dans son monde.

Petite leçon de cyrillique : p = r, le n à l’envers = i, h=n. Facile non?

IMG_5171.JPG

Je me rapproche de la ville, et vois que je vais devoir emprunter la voie rapide. Une fois de plus..Je roule quelques centaines de mètres dessus, et la voie d’urgence est inexistante. C’est bof. C’est alors que je vois…UNE PISTE CYCLABLE !!!! QUOI ?????? J’en ai pas vu depuis l’Albanie, et encore elles n’étaient que dans les villes et pas toujours bien pensées. Non, la dernière fois que je me suis vraiment sentie autant en sécurité sur une piste cyclable, c’était en Slovénie, il y a…2 MOIS !!!

IMG_5174.JPG

Je suis sous le choc, je réalise petit à petit que l’aventure sur les routes sera bientôt finie. Dans quelques semaines, je récupérerai la piste Euro vélo du Danube, et ce sera les vacances… Je suis d’un côté contente à l’idée de retrouver du confort à vélo, mais je crois que je suis un peu cinglée et je préfère les routes bordéliques à l’albanaise ou à la turque. Parce qu’au bord de la route il y a toujours des gens pour nous aider, et qui veulent nous parler, alors que dans l’UE je m’ennuie ferme sur mon vélo

J’arrive ainsi tranquillement dans Bourgas en suivant le réseau de pistes cyclables, toujours sous le choc d’avoir ma voie à moi, et croise mon premier cyclo-touriste depuis la Grèce ! Il va sûrement en Turquie, et il est chargé comme pas possible. On a juste le temps de se saluer, mais ça me motive de croiser quelqu’un sur la route !

Une fois en ville, je me trouve facilement une auberge. C’est quand même pratique d’avoir repris un téléphone, je vois sur maps.me qu’il y a en a une avec 9,5/10 et y vais les yeux fermés. 10€ la nuit, et je peux y laisser mon vélo. En prenant l’ascenseur…

photo ascenseurr.png

La ville n’a pas l’air incroyable en termes d’architecture, mais c’est piétonnisé, propre, il y a des fontaines à eau (sérieux ??), des poubelles de tri  à foison (je n’ai pas vu de vrai système de tri depuis la Slovénie, on peut le dire !), des chaînes allemandes de magasins, des bulgares en terrasse dès le lundi…A voir dans les jours qui viennent, mais pour l’instant la Bulgarie me surprend : c’est propre, vert, pas cher (en bref, je divise les prix en euros par deux) et organisé !

Bilan : 49,5km et 3h30 de vélo !

Bilan de la semaine : 784km, soit 4268km depuis Vienne !

12 jours sans réelle pause, c’est un record, et mes genoux sont à bout. Le vent de face m’a entamée physiquement, c’était très dur. Je ne m’attendais pas du tout à de telles conditions. Mais gros coup de cœur pour la Turquie, qui est devenu mon pays préféré où y faire du vélo ! Le camping sauvage y est légal, donc il n’y a pas de pression, et les locaux sont chaleureux. Une seule hâte : d’y retourner… Maintenant, direction le nord-est de la Bulgarie, puis ce sera le sud de la Roumanie ! A la semaine prochaine 😊

DSC_0090

D’Athènes à Thessalonique (semaine 8)

JOUR 36 : départ d’Athènes 

Après un weekend de pause à Athènes, il est lundi matin et c’est l’heure de repartir sur les routes. J’ai passé un très bon weekend dans la capitale, après avoir trouvé une auberge de jeunesse grâce à l’aide d’un guide mexicain que j’ai alpagué à l’acropole. Ca faisait longtemps que je n’étais pas restée dans des auberges où le personnel s’intéressait autant aux voyageurs, c’était presque du couchsurfing ! Et aussi de belles rencontres, à commencer par une allemande qui a quitté son job et qui entame son tour du monde par Athènes puis un périple d’un mois sur un bateau à voile avec un retraité, mais aussi la rencontre de Terry et Georgie, les deux âmes de l’auberge. Ce weekend, c’est donc une soirée jusqu’à 3h du matin dans un parc de la ville, à écouter et danser sur de la musique pop avec Georgie, Terry et d’autres voyageurs, une autre à observer le coucher du soleil depuis la montagne la plus haute d’Athènes…Sans oublier la visite de l’Acropolis. Bref, un bon weekend !

IMG_4022.JPG

Je repars donc vers 9h du matin, et sortir d’Athènes me prend un temps fou. Il y a 4 millions d’habitants dans la ville, et en la traversant je m’en rends compte… J’y vais à la boussole, sachant que je dois retrouver la route collée à l’autoroute, mais n’en vois pas le bout. Après plus de deux heures, je suis toujours quelque part dans les faubourgs d’Athènes… Je tombe par chance sur un marché de fruits et légumes, m’achète quelques pêches, puis continue ma route en mettant toujours cap au nord est.

Alors que c’est plus de 12h et que je suis encore dans les environs d’Athènes, un cycliste grec arrive à ma hauteur et fait mon poisson pilote jusqu’à la route principale. Giorgios est un cycliste passionné, il m’explique qu’il fait du vélo tous les jours après le boulot et qu’il faisait ainsi du 8000km/an lorsqu’il était plus jeune ! C’est agréable d’être guidée par un local, d’échanger et de faire un bout de route ensemble. Il m’offre une bouteille d’eau et un snack de sportif, puis me laisse continuer sur la route secondaire. Belle rencontre !

2019-09-03 14_47_55-Instagram.png

Je passe ainsi le reste de la journée à naviguer sur cette route, surtout empruntée par des camions car je traverse une zone industrielle qui s’étend sur des dizaines de kilomètres. J’ai l’impression de ne jamais en voir le bout, je passe à côté d’usines de céramiques, de pâtes Barilla, de construction de bateau, de logistique…C’est à n’en plus finir. Et comme me l’avait annoncé Giorgios, c’est 500km de vent de face jusqu’à Thessaloniki. Ca me ralentit énormément, et me décourage par moment : j’ai l’impression de ne pas avancer..

Alors que la fin de journée approche, je remarque qu’il y a moins de monde sur ma route et arrive à un lac, sur la route qui suit toujours en parallèle l’autoroute. J’établis donc mon campement pour la nuit au bord du lac, heureuse comme tout de trouver un endroit un peu sauvage après être passée par tant d’endroits touristiques ces derniers mois.

IMG_4148.JPG

Bilan : 116km et 8h de vélo !

JOUR 37 : une belle frayeur

Je repars le lendemain matin après un bon petit déjeuner, passe une heure à chercher en vain un de mes gants de vélo qui a du s’envoler, puis comprends rapidement pourquoi il n’y avait plus personne sur la route. Elle semble s’arrêter… Je me rappelle avoir vu un panneau « road closed », mais il était dans l’autre sens. Je me rappelle aussi avoir vu sur google maps que l’itinéraire recommandé pour les voitures passait par le nord est du lac, et non le sud ouest…

Mais voyant qu’il y a une route de terre qui continue le long du lac, je me dis qu’elle doit forcément à un moment ou à un autre rejoindre l’autoroute. Je tente ma chance, et m’élance sur la route en mode mountain biking ! Après dix kilomètres de secousses, j’arrive à un croisement et vois une route qui remonte vers l’autoroute. J’y vais à pied et bingo : je vois la route secondaire qui suit en parallèle l’autoroute ! Sauf que…à peine de nouveau sur la route, elle s’arrête brusquement et je dois pousser mon vélo chargé le long du ravin, avant de récupérer un chemin rocailleux. Après plusieurs kilomètres, la route est enfin de nouveau asphaltée, et je recommence à voir des voitures. Sacré début de journée…

A droite l’autoroute, en face le « chemin » où j’ai poussé mon vélo :

20190827_103813.JPG

J’avais filtré l’eau du lac, et fait un stock, mais je suis rapidement à sec et ça devient dur. Je traverse des champs de coton et grenadiers, et pique quelques fruits quand j’en vois. Au moins, ça me fait du sucre et un peu d’eau…

Entre 13h et 14h, c’est vraiment dur : ça monte, il fait chaud et je n’ai plus une goutte d’eau. Heureusement, je vois que le panneau de l’autoroute indique une sortie, et me doutant qu’il doit y avoir un village par là, m’y arrête et tombe sur une station essence. Enfin de l’eau fraîche ! Je me prends aussi de la limonade, quelques croissants industriels et des Oreo. Il n’y a rien d’autres d’intéressant dans le magasin…

Je continue ma route, et c’est toujours aussi bien signalisé : parfois la route s’arrête de manière abrupte, et je comprends qu’il faut passer sous le pont car la route continue à gauche. Je fais ce yoyo régulièrement depuis Athènes, et c’est fatiguant à la longue que ce ne soit pas indiqué. Aussi, les panneaux qui étaient jusqu’alors tout le temps traduit en alphabet latin le sont moins, comme c’est une zone moins touristique. Heureusement que j’arrive à lire le grec maintenant !

D’ailleurs saviez-vous qu’en grec v signifie n, ou encore que p veut dire r ? Perturbant…

IMG_4221.JPG

J’arrive en fin d’après-midi à une plage et peux enfin me baigner, mais aussi remplir mes bouteilles d’eau. C’est parfait ! Aussi, je trouve ENFIN un vrai supermarché, où cette fois-ci je ne lésine pas : je n’ai pas envie de me retrouver en manque de sucres comme ça m’est déjà arrivé. Je me prends ainsi de la feta, du pain, des fruits, des barres de céréales, une boisson sucrée… Et repars sur la route.

Ca grimpe un peu, et le coucher de soleil approchant, je me cherche un spot pour la nuit et opte pour un nouveau champ d’oliviers, qui se trouve sur ma gauche. On entend le bruit de l’autoroute, mais c’est pas grave, je peux voir les étoiles ! 🙂

Je trouve mon spot sur cette route aux cavités rocheuses impressionnantes :

IMG_4265.JPG

Bilan : 102km et 7h de vélo !

Jour 38 : première crevaison

On est mercredi, et pour la première fois cette semaine je parviens à partir avant 8h. Je suis fière de moi, mais ça ne dure pas longtemps car je vois un camping 2km plus loin et que je voulais me connecter à internet la veille pour avancer sur mon mémoire de master…que je dois rendre le 5 septembre, avec mes collègues. Tant pis.

Le vent de face a rarement été aussi fort depuis le début de ce voyage, et c’est difficile. La route jusqu’à Lamia n’est pas une partie de plaisir, je m’arrête régulièrement pour consulter ma carte et ai l’impression de faire du surplace…

J’évite la ville puis me pose dans le resto d’une station essence, où je trouve enfin un peu d’internet et mange un burek à l’épinard (ça ne s’appelle pas burek en Grèce, mais c’est la même chose que dans les balkans !).

20182808_120023.JPG

A peine repartir sur la route, c’est la surprise : je me rends compte que je n’avance plus et pour cause, mon pneu arrière est à plat ! C’est la première fois que ça m’arrive, après 3000km sur les routes…. Je suis un peu décontenancée, je sais comment changer une chambre à air mais je ne l’ai encore jamais fait sur son vélo et ça me prend du temps. C’est surtout pour remettre la roue que je galère, mais j’ai un autre problème : je pensais que la pompe que j’avais achetée à Corfu marcherait sur mon vélo, mais ma chambre à air n’est semble-t-il pas standard et ça ne fonctionne pas

IMG_4304.JPG

Alors que je commence à me dire que je vais agiter mon gilet jaune pour qu’un véhicule m’ammène à une station essence, un pick-up s’arrête et Lukas, un pharmacien qui travaille à Lamia, devient mon sauveur du jour. On met mon vélo à l’arrière de son pick-up, le regonfle à la station d’essence suivante, puis il me dépose un peu plus loin à un croisement. Il me donne ses coordonnées pour que je le contacte si j’ai un problème. L’hospitalité grecque, check !

Je fais moins la maligne lorsque je suis de retour sur la route secondaire, et qu’une montée à environ 20% se profile face à moi. C’est marqué 10%, quelle blague, je parviens seulement à la grimper en zigzaguant..Je comprends mieux pourquoi plusieurs véhicules m’avaient fait un signe pour m’aider. Mais c’est pas grave, j’ai les jambes endurcies maintenant et je continue l’ascension. Ca continue de grimper pendant plusieurs kilomètres, avec cette fois-ci des pourcentages moins élevés, et je passe au-dessus de l’autoroute autour de 19h.

IMG_4315.JPG

Je traverse le village d’AG Thedori, et m’offre une belle descente sur une route de campagne à travers des champs d’oliviers. Je me fais la réflexion que je n’ai jamais vu autant d’oliviers de toute ma vie, il n’y a que ça peu importe où je regarde ! La luminosité de fin de journée est incroyable, et je profite à fond de la descente. Surtout qu’il y a sur ma route un figuier et que je me gave de figues.

IMG_4328.JPGVoyant que la route ne va pas descendre beaucoup plus, je me trouve un spot où dormir dans un champ d’oliviers, sur la gauche. C’est calme, on entend juste au loin une ferme et le bruit des clochettes des moutons. Quelques voitures passent tout au plus. Je m’endors une nouvelle fois sous un olivier, avec les étoiles comme toit.

_MG_4350.JPG

Bilan : 76km et 5h de vélo !

Jour 39 : bis repetita

La journée ressemble beaucoup à celle de la veille, pour le meilleur et le pire : après un petit déjeuner dans un champ d’oliviers, je repars sur les routes et crève à l’arrière. Encore. La seule différence, c’est que je commence la journée avec  une belle ascension qui me prend 40 minutes, mais je me sens étonnement en forme dans les jambes et me vois bien continuer de grimper plus longtemps.

Bref, rebelote, cette fois-ci je suis dans un village et je pousse pendant 1km mon vélo pour revenir sur mes pas, là où j’avais vu une station essence. L’employé grec n’est pas très futé, et plutôt mou du genou pour être honnête. Après avoir mis des rustines sur mon pneu (un bout de scotch sur le trou dans la chambre à air, où j’ai du me prendre une mauvaise épine), il s’agit de le regonfler. Alors que la veille cela avait pris deux secondes, même si ma chambre à air n’est pas standard (les grecs avaient improvisé un adaptateur avec un petit tuyau), il tourne en rond. Je trouve finalement dans mes affaires un petit tuyau, mais le pneu ne se regonfle pas : et pour cause ! Je lui montre qu’il faut tourner l’embout de la chambre à air, sinon c’est fermé. Finalement on parvient après 1h30 à regonfler mon pneu arrière, et je repars sur la route.

IMG_4365.JPG

Me disant qu’il faut vraiment que je m’achète une pompe, je m’arrête dans la ville d’après, Almyros, où il doit y avoir un magasin vélo. Je demande ma route à la première station essence que je vois, et me retrouve au final à y rester car les grecs proposent de m’aider ! Le premier employé qui m’aborde ne parle pas un mot d’anglais, mais un semblant d’allemand car il a travaillé à Stuttgart dans la restauration, et on parvient à communiquer. Un autre grec parle anglais et je lui explique la situation (j’ai aussi découvert la veille que j’avais un rayon cassé), et l’un des grecs de la station essence part roue en main et à moto dans un atelier de réparation.

Le grec qui parle anglais résume bien la mentalité du pays : « les Grecs sont flemmards mais de bonnes personnes ». Je deviens un peu l’attraction de la station essence, la moitié des employés pensent que je suis folle mais j’en ai l’habitude !

Finalement, le grec qui parle allemand m’emmène dans sa Mercedes au magasin de vélo, et j’y trouve un petit adaptateur pour utiliser les pompes standards et gonfler mon vélo. C’est top ! On repasse par l’atelier, et je vois que c’est un grand-père grec qui s’occupe de mon vélo et commence à vouloir toucher à mon système de vitesse. Je répète « ohi » (non, en grec) l’un des seuls mots utiles que je connais, sachant que c’est un système Shimano dans lequel on peut avoir 100% confiance. Il ne connaît sûrement pas la technologie, et c’est hors de question qu’il y touche ! Après une dizaine de « Ohi », il comprend et me rend ma roue : OUF…Et le grec ne parlant qu’un peu d’allemand, me dit que c’est « kein Problem » qu’il me manque un rayon. D’accord… On retourne donc à la station essence, ils me regonflent mes pneus et n’acceptent pas d’argent en échange de leur aide. Sacrée hospitalité en Grèce !!

Je repars donc le long de l’autoroute, et après une belle descente où je fais du 57km/h en vitesse de pointe, arrive à un croisement où je me perds une bonne demi-heure. Finalement, je retrouve la route principale et je m’ennuie rapidement. C’est une immense ligne droite de 40km, qui me rappelle les routes nationales françaises et notamment la N7 dans le sud. A la différence qu’il n’y a pas de platanes mais des arbustes verts.

20190829_174000.JPG

Après 20km, j’en ai marre et regardant ma carte, je me dis que je vais couper par la côte. Cap à l’est, donc, et à travers les montagnes ! A vue d’œil, je me dis que ça doit être du 500m d’élévation, et ayant de bonnes sensations, je pense que j’en suis capable.

Après une belle heure de montée, en m’hydratant bien, c’est le coucher du soleil et j’observe une luminosité magnifique. Je sens que la fin de la montée approche (ou bien ?) et fais une pause photo.

IMG_4396.JPG

Alors qu’il est 20h30, et que je traverse le village de Sklithro, je suis arrêtée par des premiers villageois qui m’alertent en me disant qu’il est tard et qu’à cette heure-là c’est dangereux de continuer l’ascension : il y aurait des sangliers ou que sais-je dans la forêt…Je continue une centaine de mètres, et 2 couples de retraités grecs m’arrêtent. L’une des femmes parle quelques mots d’allemand (décidément, parler cette langue n’aura jamais été aussi utile qu’en Grèce !), me dit qu’il faut « schlafen » (dormir) et que c’est « gefährlich » (dangereux) là-haut…

L’un des couples propose de m’héberger, et je me retrouve assise sur leur balcon à raconter mon aventure par mots clés. Par chance j’ai appris à dire « vélo » en grec le jour même, et je répète « podilato » à chaque fois que je mentionne un pays que j’ai traversé. Les 4 retraités renchérissent et répètent « podilato ?? » toujours plus étonnés. Je deviens l’attraction du soir pour ces deux couples, qui parlent avec moi pendant deux heures sur le balcon. Enfin parler est un bien grand mot, j’essaie de caser quelques mots d’allemand, de grec, ou quelques mots tout court. C’est un moment magique, mythique, on se comprend grâce aux mimiques du visage, aux signes, et aux mots parfois transparents…Sur la France j’aurai compris « Macron, démocratie », et sur mon voyage « péripéties ». Je leur explique que je vais à Thessaloniki, pour y retrouver un ami, Giannis, mais la grecque ne connaît pas le mot « Freund » en allemand ou le comprend mal, et les retraités pensent que je vais me fiancer avec un grec

Lukas et Maria, le couple qui m’a hébergée :

IMG_4416.JPG

Plus tard, Maria, la grecque du couple qui m’héberge, me fait à manger et c’est délicieux : des pommes de terre, de la feta, des fruits…Ils me proposent d’utiliserla salle de bain, et après trois jours à dormir dehors ça me revivifie. Quand je sors de la douche, c’est sûrement LE moment de solitude le plus gênant depuis le début de ce voyage : il croit que je me suis lavée les cheveux, et me tend le sèche-cheveux alors que mes cheveux sont simplement gras car je n’ai pas vu de bouteille de shampooing dans la salle de bain…Je répète « OHI » (non) mais il insiste, et je me retrouve donc à faire semblant de me sécher les cheveux devant une télé novela grecque, sous les yeux inquisiteurs de mes hôtes. Mais le pire arrive quand il me tend un peigne, ça fait 2 mois que je ne me suis pas brossée les cheveux (je suis partie sans brosse pour économiser de la place) et j’ai d’énormes nœuds. Je fais devant moi une pile de cheveux qui pourrait monter jusqu’au ciel, et Lukas ramène un morceau de sopalin…Je me demande ce que mes hôtes pensent de moi,  mais c’est ça aussi le voyage, des moments atypiques

Bilan : 98km et 7h30 sur les routes !

Jour 40 : départ supersonique

Le lendemain, je mange un bon petit déjeuner et bois un café grec, qui ressemble comme deux gouttes d’eau au café turc, et commence à préparer mes affaires.

Je suis triste de quitter Maria, qui est un peu devenue ma maman d’adoption et me tend un gros sac de vivres contenant des tomates de son jardin, un pot de confiture de prunes violettes faite maison, du fromage, 1/2kg de pain…

Je comprends qu’ils tiennent encore à m’aider avec mon podilato, mais je ne vois pas comment : c’est alors qu’il me montre son quad, et qu’il propose de mettre ma valise à l’arrière pour la porter jusqu’au sommet. Il reste encore 8km d’ascension, donc ça m’éviterait de trop porter pendant ces quelques kilomètres.. J’accepte, et au passage utilise leur balance à légumes pour peser mes bagages : mes 2 sacoches et ma valise scratchée font 25KG ! Moi qui pensais n’en avoir que 15 ou 20…Et j’ai encore 5kg de plus sur le vélo, avec de l’électronique à l’avant, 2 gourdes, ma chaîne pour attacher le vélo…Donc je porte 30kg, hors poids du vélo. Je n’en reviens pas !

Je repars ainsi du village, avec Lukas qui me suit derrière en quad. Après 500m, et voyant que je ne fais que du 6km/h, Il innove et attache mon vélo à son quad avec une corde. Je suis ainsi tractée par un quad pendant 8km, à faire du 20km/h quand ça grimpe, le paradis ! Je profite à fond de l’expérience, et me dis que ces grecs ont de la ressource !!! Voici une idée de l’expérience en vidéo : https://youtu.be/2_0lSxuiZeE

20190830_101053.JPG

Arrivée en haut, je suis triste de le quitter. J’avais l’impression d’être retournée dans mon petit village de France, et ça me fait tout bizarre de m’élancer seule dans cette descente qui va me ramener sur la côte…

J’arrive ainsi rapidement dans un petit restaurant, où je me pose quelques heures pour souffler un peu et y boire une limonade maison. Alors que je suis sur le départ, je me fais une nouvelle fois aborder par un local qui parle un allemand très basique (il a travaillé en Allemagne, et sa femme est allemande me dit-il) et m’offre des tomates de son jardin ! J’en ai déjà 4 dans mon sac, mais ne peux pas refuser. J’en prends 2, et les mange en route. Moi qui n’avais pas mangé de tomates du jardin de mes parents depuis 2 ans, ça me fait plaisir !

La route est vallonnée sur la côte, mais pas si touristique que ça. Il y a surtout des grecs. Mon pneu avant est poreux, et semble dégonflé, ce qui n’est pas bon signe. Par chance je tombe sur une station essence qui me le regonfle, mais je sais que ça ne va pas durer… Une fois à Thessalonique, je devrai sûrement changer de pneus.

Je trouve vers 20h un camping sur la côte, un peu au bonheur la chance après avoir tenté une descente vers un village.

IMG_4430.JPG

J’y reste une journée, et fais quelques rencontres sympa : une famille roumaine passionnée de cyclisme, dont la fille de 19 ans qui est championne nationale de mountain biking ; et une cycliste française, Jeanne, 27 ans, qui est parti à vélo de Toulouse et a traversé toute l’Europe en passant par la Suisse, l’Allemagne ou encore l’Autriche, et qui finit son périple à Athènes.

Bilan : 50km (j’ai enlevé les 8 que j’ai fait tirée par un quad !), et 3h de vélo

Jour 41 : problèmes de signalisation, coucou

Après une journée de pause au camping, la réparation de mon vélo par mes voisins roumains, et une soirée passée avec un couple de retraités autrichiens qui m’ont invitée à boire du vin rouge, je repars du camping en me disant que j’ai bien fait de m’y arrêter.

Triomphante, je m’élance sur la route vers 11h et déchante rapidement. Je perds 2h à pédaler sur la mauvaise route, suivant les panneaux bleus (qui indiquent normalement une route nationale ou secondaire) mais qui cette fois mènent à l’autoroute… Connaissant le « trick » en Grèce, avec la route secondaire collée à l’autoroute, je la cherche. A gauche, à droite. Rien. Perplexe, je demande par deux fois à des locaux qui me disent qu’il n’y a que l’autoroute, et qu’il y a assez de place pour y rouler à vélo…

Sachant qu’il y a forcément une route secondaire pour aller à Thessalonique, je décide de revenir sur mes pas, perds une heure de plus et me pose finalement dans un café pour regarder l’itinéraire sur le site bikemap. Ma carte grecque n’est décidément pas satisfaisante, elle n’est pas assez détaillée et il me manque souvent les petites routes de campagne et les nuances des routes principales…Je me dis que j’aurais du sûrement acheter mes cartes routières en avance, plutôt que de vouloir les prendre dans le pays. A retenir pour une prochaine fois ! Aussi, c’était bête de ne pas avoir demandé à la française par où elle était passée, l’idée m’était sortie de la tête.

Bref, la pause est bienvenue comme c’est le pic de chaleur (14h) et je repars après avoir bien mémorisé la route à suivre. Enfin, je me perds encore car toutes les routes de campagne se ressemblent et ne sont pas vraiment fléchées.

IMG_4438.JPG

La bonne nouvelle, c’est que je passe par des champs de kiwis et que j’en ramasse quelques uns. Je retrouve finalement la route qui suit l’autoroute, et qui est parfois aussi large qu’une ancienne piste de chemin de fer, puis trouve enfin une vraie route secondaire.

Dans une descente, je me fais aborder par un grec à vélo, qui me fait essayer son vélo de cyclisme sur route ultra léger. Je me dis qu’avec un tel vélo, j’irais tellement vite ! Il propose de m’héberger mais ce soir là j’ai envie d’avancer et de rouler un peu de nuit.

J’observe ainsi un magnifique coucher de soleil sur le Mont Olympe, et me demande ce que les dieux olympiens peuvent bien y faire là-haut..

IMG_4479.JPG

Je continue ma route dans un premier temps à la recherche d’un vrai camping (je dois finir mon mémoire d’étude pour le 5 septembre, rappelons-nous), puis n’en trouvant pas, je me ravise et trouve un spot dans un champ d’oliviers autour de 22h.

Bilan : 125km et 8h de vélo !

Jour 42 : direction Thessalonique 

Je repars vers 7h du matin, un record matinal en Grèce. La route est tranquille, et il n’y a pas grand monde, mais arrivée à Eignion je me perds encore. Je décide de suivre le panneau bleu, qui doit normalement me ramener sur la route secondaire pour Thessalonique, mais elle m’ammène à l’autoroute (alors que c’est un panneau vert pour l’autoroute!). Je cherche la route qui suit l’autoroute, pense la trouver, avant de voir qu’elle se transforme en chemin de terre...N’ayant pas envie de me retrouver dans les mêmes galères que quelques jours plus tôt, au bord du ravin, je me dis qu’il vaut mieux faire demi-tour. Ca commence à me saouler qu’il n’y ait plus de bonne signalisation depuis 2 jours, et que la route collée à l’autoroute disparaisse sans raison

Rebelote, je reviens sur mes pas, me pose sur la place principale et cherche du wifi pour trouver ma route et avancer sur le mémoire. Finalement, je vois que l’itinéraire vélo fait un détour par le nord, car on ne peut plus suivre l’autoroute. Et comme ma carte n’est pas assez précise, je n’ai pas ces petites routes de campagne…Je note le nom des bleds que je dois traverser, puis repars.

Après une demi-heure, j’arrive à un croisement et aperçois une cycliste avec un t-shirt jaune flashy. Je vois qu’elle s’élance sur la mauvaise route, et pars à sa rencontre. C’est Claudia, une allemande qui arrive à vélo de Londres (à 4000km!) et qui est partie il y a deux mois. C’est la première fois qu’elle rencontre une autre femme voyageant seule à velo, me dit-elle, et puisqu’on va toutes les deux à Thessalonique, on pédale ensemble pendant une demi-journée.

20190902_150759.JPG

Je suis contente de partager la route avec quelqu’un, et le temps passe vite, même si parfois ce n’est pas facile de suivre son rythme. Aussi, on perd moins de temps car elle a une application de voyage à vélo, qui nous perd cependant quelques fois. Après quelques galères de route, on arrive finalement à Thessalonique, et célèbre la fin de son voyage par une pinte de bière. J’ai aussi du mal à croire que je suis arrivée jusqu’ici, après avoir fait plus de 1000km de côte grecque !!!

IMG_4535

Je me remets en selle pour retrouver un bon ami grec (Giannis) que j’avais rencontré à Stuttgart et qui m’héberge chez ses parents. Il habite dans un petit village, à 10km de la ville et sur une colline. C’est 300m d’ascension pour y aller, et avec une bière dans l’estomac, ce n’est pas facile…J’y vais à la boussole, sachant que c’est au sud-est de la ville, et trouve étonnement facilement la route ! Arrivée chez lui, il explique à sa mère que j’ai fait 3500km à vélo de Vienne jusqu’ici. Elle semble impassible, mais lorsqu’il lui dit que j’ai fait à vélo les 10km de Thessalonique au village, et grimpé la colline, les yeux lui sortent de la tête !

Bilan : 108km et 7h de vélo 🙂

Bilan de la semaine : 675km, soit 3484km depuis Vienne !

Une semaine assez compliquée en termes de navigation, qui me fait penser que je dois soit 1. trouver de meilleures cartes (ce qui ne semble pas facile quand on est dans le pays, je suis allée dans 2 magasins hier qui n’en n’avaient pas…) 2. soit me reprendre un téléphone… A voir ce que je vais faire, mais j’en ai marre de perdre des heures tous les jours ! A la semaine prochaine 🙂

 

 

 

 

 

 

 

Poèmes de voyage

Je partage ici quelques poèmes écrits sur les routes d’Europe depuis début juillet 🙂 J’en avais déjà publié quelques uns, si vous lisez assidûment mon blog !

Fille des Alpes

Je ne fais qu’une avec les montagnes

Elles m’accompagnent,

Des sommets à perte de vue

Et du brouillard à en perdre la vue

Sur mon vélo je slalome

Et malgré la pluie je dégomme

Toujours plus loin, toujours plus vite

Même si j’ai froid ou que je transpire

Je continue ne m’arrête pas

Tout change autour de moi, mais moi pas

J’écoute la nature et chante avec les oiseaux

Je crie de joie que ce monde est beau

Il y a encore tant à découvrir

Bercée par une cascade je m’endors et respire

Sans regret, tournée vers l’après

Pensant à toutes ces personnes qu’il reste à rencontrer.

IMG_1335

Slovénie

L’esprit aussi embrumé que les montagnes

Je descends la vallée à la recherche de calme

Hudajuzna je traverse

Alors que la pluie tombe à verse

A la recherche d’un toit

En quête de toi plus que de moi

Je continue ma route

Pleine de doutes.

IMG_1710

Italie

En Italie c’est pas la folie

Ya pas de place pour les vélos

Et je manque tout le temps d’eau

Poussée à l’extrémité de la chaussée

Je zigzague pour m’en tirer

Ici les vélos n’ont pas leur place

Je suis comme un éléphant sur la glace

A essayer de trouver mon équilibre

Alors que toutes mes vertèbres vibrent.

IMG_1768

Croatie

Roche saillante d’un côté

Adriatique vertigineuse de l’autre

J’observe le monde changer,

Lentement. Sommets à perte de vue

Et moi tout ce temps qui sue

Chaleur quand cesseras-tu ?

Je tue le temps en chantant

Salue le peu de cyclistes qu’il y a

Et me raconte des histoires

Me rappelle mon enfance

L’innocence douce de mes premiers jours

Pour me donner une raison d’avancer

La route est belle mais la route est longue

Il me faudrait des aîles, mais je n’ai que des tongs

J’y arriverai, je le sais

Je puiserai dans mes ressources

Et ma bourse. Alors je repars,

Malgré le cagnard, et espère trouver du calme.

IMG_2171

Adriatique

Coincée entre la mer et la montagne

Je suis comme prise au piège

Qu’une route pour avancer

Et les campings cars toujours plus nombreux

Me dépassent sans me calculer

Je roule toujours plus à droite

Malgré l’absence de place

Consciente que la chute pourrait être vertigineuse

Et que je pourrais passer à la moissonneuse

Je continue pensant à tous ces jeunes morts sur la route

Ces bouquets que je vois

Et qui me rappellent qu’on ne vit qu’une fois.

IMG_1986

L’Adriatique (2)

Beauté dangereuse

Manteau d’azur

A l’usure tu m’auras

Le trépas est toujours proche

Je me revois mioche sur mon vélo

Puis à Bordeaux sur la dune

Ce n’est qu’une folie de plus

Le bus n’est pas une option

Cette fois. Bénédiction ou malédiction

C’est la route qui me le diras

Ou mon corps qui trépassera.

IMG_2029

Dalmatie

La mer se déchaîne

Et moi toujours enchaînée

Je pédale sous une pluie torrentielle

Ne vois que des nuages menaçants dans le ciel

Je continue le long de la route sinueuse

Vois passer des campings cars et des motards

Et moi toujours trempée

J’entame une nouvelle ascension

Observe les profondeurs abysalles de la mer

Ici pas d’erreur

Ni de seconde chance

Je ne veux pas de bouquet en mon honneur

Je roule sur la route, mais n’y reste pas.

20190728_114124

Zadar

Retour à la normale

Si ça existe encore ?

Cette vie calme et sans effort

A marcher sur les dalles

Plutôt que de l’avoir

Cette faim. Flâner sur les quais

En quête d’une éternelle paix

Mais mon cœur ne peut être satisfait

Il faut que je reparte.

Rester c’est l’indolence

Je crois que je préfère la souffrance

Demain je monte à vélo c’est sûr, en haut des collines

Je grimperai, et l’inconnue de l’équation

Je découvrirai.

IMG_2072

L’inconnu de Bakarac

18 juillet

A toi l’étranger

Qui m’a offert à manger

Brassens avait son auvergnat

J’ai le mien aussi

Il vient d’ici, de Croatie

C’est le premier à m’avoir vraiment regardée

Assis sur la rive il attendait patiemment

Que je me lève, pour me faire signe

Curieuse je me suis rapprochée

Et c’est un énorme bout de viande qu’il m’a donnée

C’était dix-neuf heures, j’avais chaud et faim

Plus qu’un encas ce fut mon repas

Merci à toi brave croate

D’avoir pensé à moi

Sacrifié ta nourriture pour une fille de passage

Tu auras été mon roi mage.

IMG_1907

Les temps ont changé

2 août

Pourquoi n’y a-t-il plus de vendeurs ambulants avec leurs éventaires ?

Pourquoi quand je parle du passé me dit-on de me taire ?

Je voyage dans l’espace mais je voudrais voyager dans le temps

En lisant Pagnol, je me dis que c’était bien avant

Oui la vie était dure, et on n’était pas riche

Mais on pouvait compter sur les autres malgré le terrain en friche

J’ai fait mille sept cent kilomètres à vélo sur les routes d’Europe

Et pourtant peu de rencontres la plupart des Européens font la taupe

Cadenassés dans leurs maisons avec piscines

Alors que je passe devant chez eux, et que sur mon vélo j’ai pas belle mine

Aucune porte ne s’ouvre la route est ma prison

Moi qui imaginais qu’ils crieraient à l’unission

Pour m’encourager et m’offrir à boire

Mais c’est de l’Europe dont je vois les déboires

C’est frustrant mais il faut avancer

J’écouterai Spinoza pour vivre avec cette société plutôt que de lui résister

Demain je repars sur les routes

Bloquée dans cette époque qui me remplit de doutes

Mais j’irai de l’avant je pédalerai encore et encore

Et écoutant Baudelaire je transformerai la boue en or.

 

IMG_1958

Ivan.

Il s’appelait Ivan et il avait 23 ans

Mort sur les routes comme beaucoup d’autres

De vivre il n’a pas eu le temps

Il est parti bien tôt lui qui aurait du vivre cent ans

L’accident est arrivé trop vite

Lui qui a du grandir avec des mythes

Qui ont bercé son enfance

Il était peut être sur la route des vacances

Lorsque le glas a sonné

Et sa mère qui se remémorait le jour où il était né

Les bruyères sur le cercueil c’est bien trop tôt

Quand à 23 ans on a explosé le capot

Des Ivans j’en ai vu des dizaines

Au bord des routes et l’histoire se répète

Toujours trop jeunes pour être partis

Et moi qui pédale, pense aux familles meurtries

J’embrasse ma chaîne en or

Espérant que le prochain sémaphore

Ne signale pas ma fin,

Je veux vivre encore, revenir et voir le sapin

De Noël et les cadeaux

Dormir paisiblement sur mon dos

Je veux repousser les limites un jour encore

Et embrasser ma chaîne en or.

20190811_125826

Albanie

Je navigue sur la route SH72

Sans GPS et évitant la bouse

Ici c’est comme à la maison

Oliviers à ma droite et vendeurs de melons

Protégée par la montagne à ma gauche

Je pédale avec mon ombre et mes sacoches

Toujours accrochées, qui survivent aux secousses

Et mes fesses sur un coussin en mousse

Tiennent bon. Je glisse comme sur des patins à glace

Et les locaux bouche bée perdent la face

Certains me crient « brav » d’autres me saluent

Et pendant ce temps, je continue ma mue.

IMG_3028

Albanie (2)

En Albanie c’est la folie

Des ptits et des grands trous

Y’en a pour tous les goûts

Sur la chaussée je ne suis pas bénie

 

De Dieu ni personne

Y’en plein pour ma paume

Ca secoue et c’est tout comme

Si je pédalais après le clairon qui sonne

 

Ici pas besoin de permis car tout l’est

Et c’est toujours au lendemain que je remets

Ma sécurité. Ici un gilet jaune ne suffit pas

Pour échapper au trépas

 

Sur les routes albanaises

Pour rouler avec aise,

Il faut se faire confiance

Et ne pas avoir le cœur rance

 

Eviter les ânes

Les troupeaux de moutons

Rouler en équilibre sur le ponton

Et ne pas finir en canne.

IMG_3036

 

 

 

 

De l’île de Corfu à Athènes (semaine 7)

JOUR 29 : exploration de l’île de Corfu

Après quelques jours de pause à Corfu et des retrouvailles avec un ami d’école, c’est l’heure de repartir. La mauvaise nouvelle, c’est qu’on m’a volée des affaires sur mon vélo (l’hôtel m’avait conseillé de l’attacher sur leur parking) dont ma trousse d’urgence avec une chambre à air, mon kit pour changer la roue, un cadenas, ma bombe lacrymo, ma pompe…et ma boussole. Ce sont des petites choses, mais qui font la différence. Et les voleurs ont aussi crevé mon pneu arrière…Je ne pensais vraiment pas me faire piquer des affaires, surtout aussi futiles. Je me dis que ça m’apprendra à laisser mon vélo en extérieur ! Mais j’ai pu trouver un magasin sur l’île qui a réparé mon vélo, changé mes pneus (j’ai donc ENFIN des pneus routes, et pas tout terrains, après 2300km de vélo !) et effectué d’autres petites améliorations.

Samedi, à 17h, je suis donc prête à repartir. Ne souhaitant pas quitter l’île de Corfu tout de suite, je me décide à partir à vélo vers la côte ouest. La route est plutôt fréquentée, et un peu vallonnée, mais je suis vite de l’autre côté. Et je croise pour la première fois un couple de cyclistes en Grèce, ça fait plaisir !

J’arrive à la ville de Paleokastritsa , au moment du coucher de soleil. Je me motive pour faire l’ascension jusqu’au monastère, depuis lequel on a une jolie vue sur les environs. J’espère faire d’une pierre deux coups en y trouvant un spot où dormir dans la nature, mais il y a trop de touristes et quasiment aucun endroit sauvage. Tant pis !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je redescends donc, et prends la première route que je vois qui s’éloigne de la route principale. Il est plus de 20h, et je me retrouve dans une ascension à 20%. Avec toute la nourriture que je viens d’acheter, mon vélo est vraiment lourd et je suis obligée de le pousser. Ne sentant presque plus de forces dans mes bras, je puise au fond de moi pour continuer d’avancer et finis par trouver un champ d’oliviers proche de maisons de location. Ni une ni deux, je traverse la route et m’y installe avec mon sac de couchage. J’y passe une bonne nuit, malgré les quelques moustiques, à regarder les étoiles en m’endormant.

Bilan : 2 petites heures de vélo et 24 kilomètres parcourus !

Jour 30 : retour sur la côte grecque

Le lendemain, je repars au lever du jour et m’arrête en route pour me préparer mon petit déjeuner. Je suis de retour à Corfu un peu avant 9h, prends mon ticket pour retourner sur la côte, et me retrouve pour midi à Igoumenitsa. Ca me fait bizarre de me dire que j’étais là une semaine avant, et de repasser par la même route…

Je mange de la feta avec du pain sur le bord du quai, puis repars sur les routes sous une chaleur écrasante. La route est bien vallonnée, comme je m’y attendais, et alors que je suis en plein effort dan une montée, je me fais aborder  par Tsanassis, un retraité grec qui circule à moto, parle français et souhaite m’aider. Je le suis jusqu’à la ville d’après, il m’offre à manger et me répète plus d’une fois qu’il faut que je fasse une pause quand il fait aussi chaud. Je sais… On parle de la Grèce, du fait que cette année il y a moins de touristes que l’année dernière, et que les récoltes d’olives sont mauvaises. Cette région est très aride, ça se voit qu’il n’y a pas eu une goutte de pluie depuis longtemps et on se demande de quoi les gens vivent…Mais ça n’empêche pas qu’ils sont accueillants comme ce Grec qui aura été ma bonne fée du jour, et repars après m’avoir laissé un bon sac de nourriture.

20190818_133229.JPG

J’en profite pour me baigner un peu, et me relaxer à la plage.

IMG_3586.JPG

Je me remets en route et suis surprise de voir que ce n’est pas trop vallonné. Alors que je m’arrête à une fontaine à eau en bord de route, deux retraités italiens qui voyagent en moto m’abordent (en italien, forcément !) et malgré mon niveau maternelle je parviens à me faire comprendre, en disant grosso modo « moi finir étude alors partir à vélo ». L’italienne ne cesse de répéter « cosa bellissima », « cosa bellissima »… et ils demandent à faire une photo avec moi ! Je deviens la petite célébrité de l’aire et d’autres motards s’arrêtent, en me souhaitant du courage. Andiamo, c’est reparti !

Alors que le coucher de soleil approche, et après une belle montée, je vois une sorte de falaise qui semble inhabitée sur ma droite. Je continue un peu, et m’enfonce dans le chemin de terre que je vois. Pas de chance pour moi, il y a une maison et le spot que j’avais vu depuis mon vélo est derrière leurs barrières…Et les gens sont chez eux. Mais il y a un champ d’oliviers en contrebas, et je m’y installe. Je me motive pour cuisiner, me fais des pâtes avec mon réchaud et me mets dans mon sac de couchage. Il fait nuit à 21h,  et c’est une nouvelle nuit que je passe sous le beau ciel étoilée !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bilan : 5h30 de vélo et 75 kilomètres !

JOUR 31: encore plus de côte grecque

Je repars un peu avant 8h, une heure après qu’il ait commencé à faire jour. Et surtout, je repars après un bon petit déjeuner : l’américain qui m’avait hébergée à Ljubljana m’avait conseillé les flocons d’avoine, et je commence enfin à l’apprécier. Réchauffés avec de l’eau, des fruits et des bouts de chocolat, ça passe très bien ! Je suis vraiment satisfaite de ce réchaud que j’ai achetée chez Décathlon en Croatie, l’eau bout en à peine quelques minutes et il ne prend pas de place dans mes sacoches.

J’arrive rapidement à la ville de Preveza, et me motive à la visiter après avoir hésité. Finalement il ne semble pas y avoir grand-chose à faire, mais au moins je vois comment les locaux vivent et j’en profite pour faire un détour par un marchand de fruits et légumes et une boulangerie. Je m’achète une sorte de fougasse locale d’un demi-kilo, que je dévore dans la matinée. Miam !

20190819_092939.JPG

Quand je reviens sur la route principale, je tombe sur le tunnel dont le cycliste italien que j’avais rencontré en Albanie m’avait parlé : les vélos n’y sont pas autorisé, et il faut prendre un bus pour le traverser . Voyant que le tunnel ne fait pas plus de 2km, et qu’il a l’air safe, je tente le tout pour le tout et me dirige vers l’entrée. C’est alors qu’un message rouge défile sur le panneau, et qu’il est clairement pour moi : « BICYCLES ARE NOT ALLOWED ». Je me dis que je ne vais pas jouer avec le feu, et me résigne à faire demi-tour. Une patrouille d’urgence vient me voir pour m’expliquer que je dois prendre un bus, mais que le prochain arrivera sûrement dans 3h…

Attendre sous ce cagnard ne me motive pas trop, alors je me mets en mode auto-stop. Pouce en l’air, j’agite aussi mon gilet jaune pour attirer l’attention. Il a beaucoup de passage, mais personne ne daigne s’arrêter : ni les bus, ni les pickups…J’attends, j’attends, et les minutes sont longues quand il fait aussi chaud. Une voiture s’arrête mais il n’y a clairement pas de place pour mon vélo. J’attends encore, et après une heure sous une chaleur écrasante un pickup s’arrête enfin : Panos, un grec qui travaille sur l’île de Lefkada propose de me prendre et de m’amener sur l’île si je veux. Après Corfu, je me dis que j’ai besoin d’un break des îles grecques et je décline, mais Panos est très sympathique et me donne des conseils pour descendre jusque sur le Péloponnèse. Voici l’expérience auto-stop en vidéo 🙂 https://youtu.be/iT0iWZlnu38

Je continue ainsi ma route après le tunnel, un peu déçue d’avoir aperçue une cycliste depuis le pick-up et de ne pas avoir pu lui parler (on en croise tellement peu en Grèce !), et me retrouve quelques kilomètres à rouler sur l’autoroute heureusement déserte avant de retrouver la route nationale. Je fais une pause à Vonitsa, puis retourne sur la route et là c’est la surprise ! Je vois marqué en gros « EURO VELO 8 ». je n’ai pas vu d’itinéraire euro vélo puis la Slovénie, si on omet les trois panneaux que j’ai vu en Croatie. Et très rapidement, je retrouve les sensations que j’avais en Autriche à traverser la campagne par de paisibles routes secondaires, et à observer des sommets impressionnants. Ici, il y a en plus des champs d’oliviers à perte de vue, et la mer un peu plus à l’ouest. J’adore !

IMG_3618.JPG

Je continue ma route, en rêvassant et me disant que j’irais jusqu’en Chine si les routes étaient tout le temps comme ça.

Assoiffée, je bénie de Dieu les Grecs et leurs fontaines à eau, même si elles sont malheureusement difficiles à trouver à l’œil nu. Quand on voyage à vélo, on pourrait boire 3L d’eau d’un coup… Je fais quelques courses dans un supermarché, puis continue sur ma route de campagne.

Je suis choquée de voir toujours autant de déchets au bord des routes, et me lance dans un projet de collecte : en quelques minutes mon bagage arrière est déjà plein à craquer, et je les dépose dans la prochaine benne de tri que je vois.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Après de belles montées et descentes, je suis de nouveau proche du niveau de la mer et me dis que j’ai trouvé un bon spot pour la nuit. Pour une fois c’est 18h, et pas 20h, ce qui me laisse du temps pour aller me baigner et lire un peu. Il y a une sorte de bar en contre-bas, avec quelques vacanciers, mais sinon c’est très paisible.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alors que la nuit approche, je commence à entendre les cloches des moutons et me dis que je vais sûrement me faire repérer par le berger. Finalement c’est les moutons qui me repèrent, prennent peur en me voyant, alertent le troupeau et repartent un peu plus bas.

Je m’endors dans mon sac de couchage, sous un arbre, à regarder les étoiles comme les soirs d’avant. La vie grecque, ça vous gagne !

Bilan : 4H de vélo et 76 kilomètres parcourus !

JOUR 32: et ça continue sur l’euro vélo 8

Le lendemain, je prends mon petit déjeuner avec une superbe vue sur la mer et des îles grecques. Ce petit dej à base de muesli commence à bien me plaire et c’est agréable de manger quelque chose de chaud !

IMG_3707.JPG

Je repars un peu après 8h, sur une route bien vallonnée (on doit être sur du 10% par moment) mais peu fréquentée. Alors que je suis sur le vélo depuis moins d’une demi-heure, je fais une rencontre assez improbable avec deux chèvres qui sont installées en bord de mer. Alors que je pose mon vélo pour faire quelques photos, elles s’en approchent et le reniflent. J’ai deux nouvelles amies !

IMG_3721.JPG

Un peu plus loin, je tombe sur un cimetière où je trouve de l’eau potable : et c’est un nouvel épisode de passion cimetière, bien sûr : https://youtu.be/p6c3E6-Q_1Q

Je continue toujours sur l’itinéraire euro velo 8, heureuse comme Ulysse et c’est le cas de le dire comme je suis en Grèce. J’arrive à Astakos, une ville de taille moyenne, où je trouve une nouvelle fontaine à eau et bois facilement 2L. Je me fais une belle pause en bord de mer, où pour une fois je tombe sur un coin ombragé avec des tables et des chaises. La pause et la baignade me font du bien, puis je repars sur la route. Voici une idée de la route si vous êtes curieux 🙂 https://youtu.be/sCO4JAJboEw

Et là, c’est dur : il est 15h, et ça monte sec pendant une bonne demi-heure.

20190820_101408.JPG Je vois une voiture accidentée sur ma gauche, et comprends que cette route peut être dangereuse si l’on ne fait pas attention ! Arrivée au sommet, j’ai une belle vue sur les environs même si ça ne rend pas bien en photo.

IMG_3765.JPG

Ensuite, j’ai droit à une excellente descente qui me rappelle beaucoup les routes principales albanaises, avec une large place pour les vélos. Ca fait du bien d’en profiter à fond, de tout lâcher et de s’imprégner des paysages : champs d’oliviers à ma gauche, superbe montagne en face, je dois descendre à plus de 40km/h. Belles sensations, que je vous partage en vidéo 🙂 https://youtu.be/MVG18raAjr0

Vers 18h, je ne vois plus de panneaux et ça dure une bonne vingtaine de kilomètres. Surtout, ma carte n’indique pas le nom de ces petits bleds que je traverse donc je ne vois pas trop où je suis. Je me repère en sortant la boussole que j’ai achetée à Corfu, et en devinant que la route qui doit me mener où je vais est indiquée par les panneaux qui mènent d’où je viens et qui sont dans l’autre sens…Si ça fait sens. C’est tordu comme raisonnement, mais ça fonctionne, et j’arrive à la grande ville de Mesologi un peu plus tard.

Mis à part une église orthodoxe, dans le même style que toutes celles que j’ai vues jusqu’à présent, je ne vois pas grand-chose de marquant. J’en repars donc rapidement, après m’être prise une glace sur le passage.

Alors que je viens encore de me faire une jolie montée, je me décide à tourner à route sur une route de bergers pour m’y poser cette nuit. J’ouvre discrètement le portail, fermé avec du fil de fer, et me pose cachée de la route dans le chemin. J’ai les jambes KO, et faim, mais à cause du vent je ne peux pas trop cuisiner et parviens juste à réchauffer un peu d’eau. Ce sera thé blanc et biscuits !

IMG_3921.JPG

Je m’endors à regarder le ciel étoilé, qui me fascine toujours autant. Je suis en train de devenir accro à ces nuits passées à dormir à la belle étoile, ça me berce de regarder le ciel et de m’endormir en m’imaginant la vie dans d’autres galaxies.

Bilan : 6H10 de vélo et 108 kilomètres !

JOUR 33 : arrivée sur le Péloponnèse

Aujourd’hui c’est mercredi, et je pars vers 8h après un petit déjeuner sur mon chemin de bergers. J’ai entendu les clochettes des moutons une bonne partie de la nuit, mais j’ai vite compris qu’ils étaient dans un champ en face donc pas de risque d’être dérangée !

Avant d’arriver à la ville d’Antirrio, la dernière avant le Péloponnese, c’est une belle montée qui me prend une demi-heure et je me désaltère régulièrement. Contente d’être récompensée par une jolie descente, je me fais plaisir au supermarché de la ville où la caissière parle quelques mots de français.

Voyant que la seule route permettant de rejoindre le Péloponnèse est l’autoroute, et que ça a l’air de circuler fort, je me dirige vers le port pour prendre un ferry. Aucun signe, on ne sait pas où vont les bateaux ni à quelle heure ils partent ou combien ça coute : c’est à la grecque. J’aborde le premier employé que je vois, et monte avec mon vélo dans le ferry « ZEUS » en compagnie d’un motard suisse qui a eu le même itinéraire que moi, plus ou moins. Mais en moto.

20190821_090531.JPG

Je ne comprends pas si la traversée est gratuite à vélo, où s’ils oublient de me faire payer (le motard a déboursé 1€), mais je ne paie rien. J’arrive rapidement de l’autre côté, où je me fais une petite pause baignade, repas et « lessive » (si on peut appeler ça une lessive, un savon à base d’huile d’olive et un peu d’eau de mer).

Voyant que la ville de Patra est proche, je me décide à aller y faire un tour. Je galère un peu pour trouver la route, et me retrouve sur une voie rapide à l’approche de la ville. Finalement je trouve la route du port, et un grec qui a des bases d’anglais propose spontanément de m’y prendre en photo. Vraiment sympa ces grecs 🙂

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il n’y a encore une fois pas de monuments dignes de ce nom, et je ne m’éternise pas dans la ville. C’est parti sur le Péloponnèse !

Ca ne commence pas spécialement bien, je reprends la même route pour revenir sur mes pas puis ne vois plus la route nationale. Finalement après avoir un peu tourné, j’y vais à la boussole et retombe dessus. Elle est plutôt fréquentée, vallonnée et pas forcément en très bon état par endroit. Ca me rappelle souvent l’Albanie !

Surtout, je suis choquée de voir autant de déchets et de poubelles pleines. Déjà que les Grecs n’ont pas vraiment l’air de faire le tri, c’est à se demander s’il y a tout bonnement des éboueurs ici.

IMG_3832.JPG

La bonne nouvelle, c’est qu’il y a souvent de l’eau potable à la plage et j’en profite pour tourner un épisode de passion plage : https://youtu.be/igclmrMi8-g

Je m’arrête un peu dans un café, me prends une boisson gazeuse et me fais aborder par un Grec qui veut m’aider. Il est très sympathique, habite Patra, mais j’ai fait le plein d’eau et de nourriture il a peu donc je n’ai besoin de rien !

Je continue donc, et commence à me demander si je vais finir par trouver un spot où dormir. Je ne fais que traverser les villes, colées les unes aux autres, et me dis que ce n’est pas en restant sur la route principale que je vais m’en sortir. Et j’ai raison : je vois une petite route de campagne sur ma gauche qui va vers le village de Rodia, et la suis. Après la traversée d’un premier village, je me retrouve au milieu de champs d’oliviers et prends la première route en terre que je vois.

Je m’enfonce un peu dans le champ pour ne pas être trop à découvert, surtout qu’il fait encore un peu jour à cette heure-là (20h). Alors que je suis en train de me faire des pâtes un pick-up passe et je me dis que je vais sois me faire engueuler, sois me faire inviter à boire un coup. Finalement le riverain doit être dans ses pensées et ne me calcule pas.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je m’installe donc sous un olivier dans mon sac de couchage, et m’endors rapidement. Je dors tellement bien à la belle étoile !

Bilan : 6H10 de vélo et 93 kilomètres !

JOUR 34 : on continue sur le Péloponnèse

Je me prépare mon super petit-dej à base de muesli et chocolat, et me remets en mouvement. Je suis surprise de trouver une route aussi plate ! Après une petite pause pour faire des courses, c’est la surprise : un couple de cyclistes retraités hollandais arrive à ma hauteur, et on discute un moment. C’est la première fois que ça m’arrive, et ça fait plaisir de rencontrer des gens par hasard sur la route ! Ils sont partis d’Hollande il y a trois mois, et iront peut être jusqu’en Iran. Je me retrouve à rêver une bonne partie de la journée, à m’imaginer traverser la Turquie et l’Iran…Je sais que les locaux seraient très accueillants dans ces pays, et une partie de moi a bien envie d’y aller.

La route est bien animée, je ne vois pas vraiment de coins sauvages. C’est dommage que l’homme transforme tout ce qu’il voit en appartement hôtels et résidences pour touristes.

Pour faire passer le temps, je m’occupe un peu et pousse la chansonnette : https://youtu.be/LGMV4LxTNXE

Finalement je trouve une petite plage pas trop busy, et me fais une pause repas et baignade.

IMG_3889.JPG

Alors que je m’apprête à repartir, je retombe sur le couple d’hollandais qui est décidément partout et une vacancière allemande d’origine syrienne m’aborde en m’offrant du gâteau à l’orange fait maison. Dounia passe ses vacances avec sa mère dans l’appartement par-derrière, m’a vue avec toutes mes affaires et est sortie me l’offrir. On parle un bon quart d’heure de la vie en Allemagne, s’accordant sur le fait que les Grecs se prennent beaucoup moins la tête même s’il n’y a pas trop de travail ici. Motivées par ces rencontres, je repars sur la route pour Corinthe et la chance continue car je tombe sur un magasin Décathlon. Malheureusement c’est le premier et seul du pays, m’expliquent les employés, et ils ne réparent que les vélos de leur propre marque…C’est débile, je me dis, ces grands groupes avec leurs process à la noix. J’ai juste besoin de quelques réparations, rien de bien fou, m’enfin, je repars de là avec un petit indicateur de vitesse et de kilométrage. Ca faisait quelques temps que j’avais envie de m’en procurer un, et je suis contente à l’idée d’avoir des statistiques précises sur ce que je fais.

J’arrive rapidement à la vieille ville de Corinthe, où je vois (ENFIN !) un site archéologique. Moi qui pensais en voir des centaines en Grèce ! L’entrée n’est pas donnée (8,5€), on peut plus ou moins tout voir de l’extérieur et je ne me sens pas de laisser mon vélo dehors avec toutes mes affaires donc j’observe juste de dehors. Ca me fait tout bizarre de me dire que l’ancienne ville de Corinthe était précisément ici, après avoir tant lu sur la mythologie grecque !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je me remets en route après une pause photo et réflexions philosophiques, et galère pour retrouver la route pour Athènes. Je me retrouve à descendre et remonter la même route, puis ne voyant pas de signes, j’y vais à la boussole et prends celle qui indique « Corinthe centre ». Ca fonctionne, la route suit l’autoroute donc c’est bon signe. Et il n’y a pas grand monde sur la route : normal, tout le monde est sur l’autoroute !

Je commence à avoir vraiment mal aux jambes, ça fait quelques jours que je sens les courbatures. Ce qui n’était pas le cas avant : j’avais de l’huile massante, mais je l’ai finie au nord de la Grèce, et je sens que ça faisait la différence. Aussi, la pause de 5 jours à Corfu m’a fait changer de rythme et je sens que c’était plus dur de repartir…

Quoi qu’il en soit je continue ma route, et après une n-ième pause dans un supermarché, c’est 20h et je me dis qu’il est temps de trouver un endroit où dormir. Je traverse beaucoup de villes, et espère vraiment finir par tomber sur un spot un peu sauvage… Alors que je sors d’une ville, je scrute à ma droite et ne vois que des maisons privées cadenassées sous surveillance vidéo… mais je vois (ENFIN !) un petit chemin de terre qu’aucun automobiliste ne pourrait remarquer vu la vitesse à laquelle il roule, attends qu’il n’y ait plus de circulation et m’élance dessus. On est pas bien haut au-dessus de la mer, et j’observe un magnifique coucher de soleil depuis mon sac de couchage. Encore une belle nuit à observer les étoiles 😊

IMG_3941.JPG

Bilan : 7H55 de vélo et 111km kilomètres parcourus

Jour 35 : direction la capitale !

Après un bon petit dejeuner et un superbe lever du soleil, je remets mon casque et pédale. Assez rapidement, je vois un panneau avec marqué « plage » et me dis que j’ai besoin d’une bonne douche (et d’eau !). C’est à peine 9h du matin, la plage est quasiment déserte, l’eau est presque tiède et il y a une magnifique vue sur les montagnes. Le rêve !

IMG_3945.JPG

J’y reste un peu, puis repars sur la route nationale. Après de nouvelles courses au supermarché My Market qui devient mon point de chute quotidien, je repars et arrive rapidement à la ville d’Elfsina. Alors que je m’arrête en bord de route, des retraités grecs attablés sous leur véranda me voient et agitent une bouteille d’eau fraîche. Qu’ils soient bénis !! L’eau fraîche, c’est un peu comme trouver de l’or. On ne sait pas où il y en a, mais quand on en trouve, c’est une satisfaction profonde et incommesurable..

Alors que je circule dans la ville, je vois un magasin de vélo et le commerçant checke mon vélo et m’annoncent que le bruit que j’entendais est sûrement lié aux pédales qui sont mortes. Je pourrai encore faire 500km avec, si je fais attention. De quoi m’ammener jusqu’à Thessaloniki, au nord-est ! Il vérifie mes freins, mon système de vitesse, me regonfle mes pneus et m’installe une pompe que je m’étais achetée. Tout ça pour…0€ ! Je suis vraiment surprise de voir autant de générosité depuis le début de mon voyage. Je remercie le commerçant, puis repars sur la route nationale.

Qui n’est plus nationale du tout, et débouche sur l’autoroute…Je tourne un peu, étudie ma carte, regarde ma boussole, et me dis qu’il n’y a pas d’autre solution que de prendre l’autoroute. Environ 10km à serrer les dents, mais au moins j’arriverai à Athènes..

20150101_132003.JPG

La circulation est dense, il y a beaucoup de camions, et comme je roule bien à droite je me farcis toutes les bouches d’égoûts. Ca secoue énormément, d’autant plus que j’essaie d’aller vite pour ne pas rester trop longtemps sur cette route pas bien safe : https://youtu.be/OxYW5jigSro

A l’approche de la capitale héllénique, je roule sur de grands boulevards et ce n’est pas plus agréable : la circulation est toujours aussi intense, et à un moment je me retrouve projetée sur la voie de gauche et n’arrive plus à décaler à droite. Les voitures me frôlent, je reste autant concentrée que possible et pense à une solution. Finalement, j’arrive à me décaler alors qu’il y a un feu rouge derrière qui bloque les voitures, et arrive en trombes dans Athènes.

Je vois enfin un panneau « Akropolis » et me décide à le suivre. La route est enfin plus tranquille, et d’un coup, je vois les ruines de l’acropole… C’est fou, je ne réalise pas que j’ai quasiment 3000km sur les routes d’Europe et que je suis arrivée à Athènes, dans une ville qui me faisait rêver devant ma télévision quand j’étais gamine et que je regardais les jeux olympiques. Je laisse couler quelques larmes de joie, flanne avec mon vélo, invisible au milieu des touristes affairés. Je reste assise là, ayant du mal à réaliser que je l’ai fait, que je suis en Grèce dans cette ville qui a fasciné mes années collèges lorsque je dévorais les livres de Percy Jackson et des Héros de l’Olympe. Abasourdie, je m’assois avec mon vélo et me dis que j’irais bien demander aux Dieux un peu de Nectar et d’Ambroisie.

IMG_3963.JPG

Bilan : 4H50 de vélo et 64km !

Bilan de la semaine :

440km soit 2809km depuis Vienne ! J’ai adoré cette semaine à vélo, à dormir à la belle étoile et me débrouiller. J’ai pu utiliser mon petit panneau solaire et être 100% indépendante ! Ca a aussi été ma semaine la plus économique depuis le début, puisque j’ai seulement dépensé de l’argent pour la nourriture (56€ en tout) et 11€ de matériel. Voyager, ça peut être presque gratuit…

A la semaine prochaine pour un nouvel article, demain je m’élance en direction de Thessaloniki 🙂

 

De l’Albanie à l’île de Corfu (semaine 6)

Jour 25 : les aventures albanaises

On est mercredi 7 août, et après une journée de pause à Tirana, c’est reparti sur les routes albanaises. Par chance, le quartier où se situe l’auberge est à un bloc de la route principale qui doit me sortir de la ville, et il y a directement une piste cyclable. Mais la moins bonne nouvelle, c’est que la piste cyclable a été mal pensée et qu’elle est sans arrêt interrompue par de mini trottoirs, ce qui freine ma course sans parler des piétons qui l’empruntent. Pédaler sur la route principale est finalement la meilleure option, et je me faufile par moment entre les voitures.

20190807_103425

Contente d’avoir pu éviter les sacs en plastique lorsque j’ai fait mes courses matinales (j’échange de longs regards gênants avec les commerçants en leur montrant mon sac en tissu à chaque fois), je m’enfile déjà une banane. Je suis partie à 10h30 ce matin, et la journée va être encore bien longue, surtout qu’il fait chaud…On annonce 38 ou 39 degrés.

Je suis la route SH56 juqu’à la ville côtière de Durres, une station balnéaire, et comme c’est une route secondaire c’est pour le moins chaotique. Les allemands que j’avais rencontré en Croatie m’avaient prévenu : attention aux trous ! Pas question d’être trop dans mes pensées, il faut que j’ai les yeux en face des trous aujourd’hui. Je zigzague dès que je peux pour éviter de rebondir comme un kangourou, mais il y a souvent des voitures derrière moi et c’est la partie droite de la chaussée qui est la plus abîmée… Ce sera la même chose sur toutes les routes secondaires que je prendrai en Albanie, et sur lesquelles je roulerai plus d’une centaine de kilomètres.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il faut s’accrocher ! On voit bien que dans ce pays, plutôt que de refaire toute la route (ce serait trop audacieux), on se contente de boucher ça et là les trous trop profonds, et parfois de refaire une centaine de mètres qui devait être trop catastrophique… Heureusement, la moitié du temps la chaussée n’est pas abîmée et je peux rouler normalement. Mais quand ça secoue, il y a de quoi sortir de là avec Parkinson !

Ce qui me plaît tout de même, c’est que cette route passe par des régions agricoles et qu’il y a des vendeurs de fruits et légumes en bord de route. Ni une ni deux, je saute de mon vélo et achète du raisin blanc et des pêches. Sûrement les meilleures pêches que j’ai jamais mangées ! Le paysan (comme à peu près tous les albanais que j’aborde hors des circuits touristiques) ne parle pas un mot d’anglais mais connaît un peu d’italien. On échange quelques mots (littéralement)et il m’offre une poire, que je perds malheureusement en route.

Arrivée à Durres, ma route s’arrête et selon la carte que j’ai achetée à Shkoder, je suis censée prendre l’autoroute. Sauf que je vois une route qui semble la suivre en parallèle, pour une durée indéterminée, et je décide d’y aller à l’intuition. Ca marche, pendant quelques kilomètres. Puis à Golem, ça s’arrête et je décide d’aller faire une pause dans cette ville au nom mystérieux. Je me retrouve dans une station balnéaire, avec des transats à perte d’horizon, moi qui cherchais justement à éviter la côte

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais ce qui est pratique, c’est qu’il y a des douches sur la plage et qu’avec le cagnard (c’est 14h) ce n’est pas de trop de se rafraîchir. Sous les yeux des vacanciers, j’avance en poussant mon vélo dans le sable (mauvaise idée..) puis sur un ponton, et me pose un peu.

Bien décidée à ne pas terminer ma journée ici, je repars en quête d’une route. J’y vais encore une fois à l’instinct, et suis ma boussole, mais j’arrive à côté de l’autoroute et ne vois pas d’autre option. Je me décide à aborder un local, qui parle déjà mieux italien que mon vendeur de fruits et légumes, et il m’explique qu’il y a bien une route qui suit en parallèle l’autoroute ! Cachée, je ne la vois pas depuis le rond-point…Décidément, je me dis que j’ai bien fait de prendre l’option italien au lycée. Je galère un peu pour parler, mais je comprends bien ce qu’on me dit et ça me permet de me mettre en route. Je retiens l’enchaînement tout droit, à gauche au rond-point, puis à droite…et me retrouve sur une route normale.

Je tombe sur un n-ième car wash, les « lavazh » tout comme les Mercedes sont une véritable institution dans ce pays :

IMG_2797

J’arrive rapidement dans une nouvelle ville, Kavazhë, et ne voyant aucun panneau, je demande ma route à un local qui pour le coup ne parle aucune langue étrangère. Mais par chance, autoroute se dit « autostrada » en albanais, et je comprends que je dois prendre une rue en parallèle quelques blocs plus à droite. Hop, c’est reparti…Il n’y a toujours pas de panneaux, mais au flair je me dis que vu la largeur de la route et le cap que je suis (sud-est) c’est forcément la bonne route. Et j’ai raison !

Je suis aux anges sur ma route quasiment déserte car tous les véhicules ou presque prennent l’autoroute. C’est tout de même un drôle de sentiment d’être collée à l’autoroute, mais soit, c’est mieux que rien !

IMG_2825

Vers 17h, je traverse la ville de Göce et remarque que ma route quitte l’autoroute ce qui n’est pas bon signe. Je m’arrête à côté d’une station essence, et aborde un local (je n’ai pas compris s’il était albanais, italien, ou les deux, mais il parle italien couramment) qui connaît très bien les routes du coin. Il m’explique que je vais devoir rouler sur l’autoroute pendant une quinzaine de kilomètres, car l’autre route est fermée. Je ne suis pas franchement rassurée par l’idée, mais il me dit qu’en Albanie une règle d’or est qu’un véhicule ralentit quand il voit un vélo. Je l’avais déjà lu sur internet, et ça se confirme un peu partout sur les routes albanaises. Malgré l’état piteux des routes, je me suis toujours sentie en sécurité : les conducteurs me klaxonnent régulièrement pour me saluer, et font attention à moi. Du coup, je m’élance sur l’autoroute et embrasse machinalement ma chaîne en or.

20190807_164009

Je route sur la voie d’urgence (quand il y en a une), et trace aussi vite que possible, car sur l’autoroute les voitures font facilement du 130km/h et ça ne me rassure pas trop d’être ici. Un extrait vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=xei5aOL4DQQ

Je suis à bout de souffle et erreintée après cette course infernale, et arrive enfin à la ville de Luzhné 40min plus tard. Bilan : j’ai survécu, et sentis que les voitures faisaient plus ou moins attention à moi, mais je préfère quand même les routes classiques…

A Luzhné, c’est le paradis et je traverse la ville sur une piste cyclable. En Albanie, on enchaîne tout et son contraire en quelques minutes !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et ensuite, le bonheur continue : je pédale sur une route secondaire (PLATE !!) qui passe par des champs d’oliviers avec une magnifique montagne qui se dresse face à moi. Je peux enfin souffler ! A ma droite, je vois régulièrement des vendeurs de pastèques les uns après les autres, et à chaque fois qu’ils me voient passer, ils me regardent bouche bée ou m’encouragent.

20190807_181506.JPG

J’arrive à Berat à 19h15, et trouve pour une fois facilement une auberge : pour éviter les galères de Tirana, je m’étais notée le nom de deux auberges avec leur localisation. La première suffira, et je réveille au passage un papy albanais qui dort dans son lit. Il se révèle qu’il parle français, et semble être un homme plein de sagesse. Il appelle son fils, qui gère l’auberge, et je passe ainsi deux nuits bien au frais.

Bilan : 125km et 6h de vélo !

Le lendemain, je visite la ville et l’architecture est pour le moins atypique : les maisons sont collées les unes aux autres, et semblent comme sortir de la roche.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Depuis la forteresse, on a une jolie vue sur le centre-ville et le lieu semble être chargé d’histoire. Lorsque j’y vais, l’entrée est libre et il n’y a plus de visites donc j’apprends peu de choses, mais il y a plusieurs mosquées et (très important) de bons restaurants. Je m’assois à l’un d’entre eux et déguste des aubergines farcies avec du vin rouge – comme la veille, dans un autre restaurant. Et ca me coûte seulement 3,5€, je commence à m’habituer à la belle vie en Albanie…

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 26 : de retour sur les routes albanaises

Le vendredi, je repars pour une fois assez tôt (un peu après 8h) bien décidée à éviter la chaleur. J’ai une dernière conversation avec le grand-père albanais de l’auberge, qui me dit en français « quand tu reviens de ton périple, trouve toi jeune gens pour amour fidèle ». Je m’élance ainsi sur la route, en me disant que je serais bien restée plus longtemps à Bérat, j’aimais bien parler avec ce grand-père et écouter (parfois) ses conseils !

Je reprends la route de la veille pendant une dizaine de kilomètres, avant de bifurquer à Poshnë sur la route pour Fier. Encore une fois, ça secoue bien, et je me serre fort mon guidon. Un peu avant la ville de Fier, je mets cap au sud-est et m’élance sur ce qui est censé être une route principale. Ca ressemble plus à une route secondaire qu’autre chose, elle n’est pas bien large et surtout comme j’en ai maintenant l’habitude : pleine de trous. La route est aussi bien vallonnée, et avec la chaleur je commence à souffrir. Voici une idée des routes secondaires, en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=NxlcXF7hZwk

Je m’arrête dans un restaurant ombragé sur les coups de midi, et mange une salade du village accompagnée de frites.

IMG_2991

Je  me motive pour repartir à 13h, et c’est dur. La route monte, descend, et les paysages me rappellent énormément la Provence avec des champs d’oliviers à perte de vue. J’ai l’impression d’être à la maison.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce qui me motive le plus à continuer, c’est les encouragements des automobilistes, chauffeurs routiers et bergers albanais : une voiture sur deux me klaxonne, me salue ou me crie « brav ! ». Même les gros camions, ça ne m’était encore jamais arrivée ! C’est un boost d’énergie incroyable, et je tiens bon dans les montées. On sent qu’il y a une forte culture vélo en Albanie, car c’est encore le mode de transport privilégié pour les albanais qui ne peuvent pas se payer une voiture. J’ai pu voir toutes sortes de marchandises sur des vélos bien plus usés que le mien, pourtant déjà d’occasion. Et à chaque fois que je fais une pause au bord de la route, un motard s’arrête en me demandant si tout va bien !

A court d’eau, j’en profite pour m’arrêter dans un cimetière et tourne un nouvel épisode de passion cimetière : https://www.youtube.com/watch?v=-7PYX_nocvg

A un moment, je remarque qu’il n’y a plus trop de voitures sur la route et me demande pourquoi : l’asphalte s’arrête carrément et la route est un chemin de pierres. Secouée comme dans les montagnes russes, je me dis que c’était pas une si mauvaise idée de prendre des pneus tout terrain…

Comment savoir que l’on va passer un sale quart d’heure sur la route ? A la vue de ce panneau….

20150101_195731

Voici un extrait vidéo de la route : https://www.youtube.com/watch?v=1Zrvmg-7Emg

Et de retour sur l’asphalte, c’est pas forcément mieux….Tchernobyl, c’est aussi sur les routes albanaises :

IMG_3036.JPG

Alors que 17h approche, je suis dans une belle montée (encore) et j’essaie de comprendre où je peux être sur la carte. Je sais que je n’ai pas beaucoup avancé. J’arrive enfin dans une ville, que je ne vois pas sur ma carte donc ça m’inquiète un peu…Peut-être que ma boussole est cassée ? Je montre ma carte à un local, et aussitôt un deuxième et troisième se ramènent pour m’expliquer où je suis et la route que je dois prendre. C’est vraiment le premier pays depuis que je suis partie où l’on m’aide autant, les locaux sont extra !

Je comprends ainsi que j’ai à peine fait 40km alors que j’ai pris cette route il y a des heures, mais la bonne nouvelle c’est que désormais je récupère la route principale SH4 (qui est, elle, vraiment principale, je l’avais déjà empruntée au nord). Ca commence par une belle montée à 7% selon les panneaux, puis c’est une longue, très longue descente avant d’enchaîner sur du plat. Je peux enfin me mettre en mode croisière et profiter à fond.

20150101_220604

Il fait bientôt nuit, et j’arrive à la ville de Tepelene. Visiblement pas du tout touristiques, je ne vois aucune infrastructure de type auberge ou camping et me motive à continuer jusqu’à Gjirokaster, une ville dont tout le monde me parle.

C’est quasiment 20h et cette fois il fait vraiment nuit : je sors ma lampe frontale et mets une lumière clignonante à l’arrière. C’est la première fois que je roule de nuit, j’appréhende un peu puis finalement adore l’expérience ! Il fait ENFIN frais, je n’ai pas connu un tel temps depuis…la Slovénie, il y a quasiment un mois de ça. Heureuse comme tout, je continue de rouler sur la bande d’arrêt d’urgence (qui s’apparente à une piste cyclable) et arrive au pied de Gjirokaster après 21h. Là, une jolie ascension jusqu’au centre historique m’attend et malgré les efforts de la journée, je me sens en pleine forme et dégomme la montée en deux-deux. Ca fait clairement la différence qu’il fasse frais !

Arrivée en haut, je tourne un peu avant de me faire aborder par un local qui m’aide à trouver une auberge.

Bilan : 10h de vélo et 147km, un record absolu de ma jeune carrière de cycliste !

Je sors manger un bout en ville après une bonne douche, et me retrouve à passer ma soirée à discuter via google traduction avec le propriétaire sexagénaire du kebab et le commerçant d’en face, qui offrent à un autre client français et à moi une glace bio délicieuse, du vin blanc fait maison, et un thé. On écoute de la musique albanaise, parle politique et le commerçant nous dit que malgré les différends politiques entre les différents pays des balkans, pour lui les gens sont des gens et il accueille les touristes serbes à bras ouvert. Malheureusement comme j’ai pu l’apprendre en Croatie, tous les habitants des balkans ne sont pas aussi ouverts d’esprit !

 

Je repars de là à 2h du matin, le cœur lourd car quitter les albanais est toujours difficile : malgré la barrière de la langue, tous ceux que j’ai rencontré font preuve d’une telle générosité et sont si chaleureux qu’on a envie de passer des journées entières à apprendre à les connaître.

Le lendemain je visite un peu la ville, qui me rappelle Bérat avec ses maisons comme taillées dans la roche. Je monte aussi jusqu’au château, et en fais la visite. J’apprends ainsi que l’Albanie a été ottomane pendant ½ siècle, ce qui explique le mélange d’Europe et de Turquie que l’on ressent bien dans le pays.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Par contre la langue albanaise n’a rien à voir avec aucune autre, c’est une branche indépendante dans les langues indo-européennes. Quelques sonorités rappellent l’italien, mais c’est tout, « faleminderit » veut dire merci…Un mot que je prononce à chaque fois que je fais un achat chez un commerçant albanais, et qui illumine leur regard. En Albanie, on ne se sent pas touriste, mais voyageur, et c’est toute la différence avec le reste des pays que j’ai pu traverser.

Jour 27 : arrivée sur la côte de l’Albanie

Je pars à 11h du matin après quelques courses, et je m’en veux assez rapidement d’être partie aussi tard. La première heure, la route est plate mais ensuite j’ai une longue ascension à 10% (je ne vois le panneau qu’au sommet et dans l’autre sens, à croire qu’ils ont un quota de panneaux!). Et sous une chaleur écrasante (il fait 40 degrés) je suis obligée de m’arrêter dès que je vois un peu d’ombre. Vers 13h30 c’est vraiment trop, et je m’arrête une demi-heure tapie dans l’ombre en bord de route. J’ai fait plus safe, mais il n’y a pas d’autre option…

20190811_125826

Quand je remonte sur le vélo, je réalise que le sommet était seulement une centaine de mètres plus loin. Ha Ha ! J’entame la descente qui finalement remonte par moment (je suis toujours dans des vallées) puis arrive à un panneau indiquant « blue eye ». Des touristes m’en avaient parlé, et je me dis que c’est sur ma route alors autant y aller.

C’est véritablement un chemin de mountain biking, il y a de gros cailloux et je vois les voitures galérer. Pour une fois, je vais quasiment aussi vite qu’elles ! Je suis surprise de voir que l’entrée du parc naturel est aussi peu chère (moins de 50 centimes d’euros) et continue une dizaine de minutes sur la route avant d’y arriver.

Blue Eye, c’est en bref un point d’eau qui a une forme d’yeux et dont l’eau est bleue (d’où « blue eye ») mais c’est tellement petit que c’est plein à craquer. Surtout, je suis surprise de trouver l’eau aussi froide et n’arrive pas à tremper mes pieds plus de 5 minutes dedans.

IMG_3147

Je ne m’y éternise donc pas, et suis cependant très heureuse de trouver (ENFIN) une fontaine à eau dans ce pays avec de l’eau bien fraîche ! J’ai du acheter plusieurs fois des bouteilles d’eau, quand je n’avais pas l’occasion de la filtrer.

20190811_154637

Je repars ainsi sur la route vers Sarandë, une ville côtière dont beaucoup m’ont aussi parlé. J’y arrive vers 17h30, suivant les panneaux « centre » pendant de longs moments, avant de réaliser qu’il n’y a soit pas réellement de centre historique, soit qu’il n’a pas de charme. 99% de la ville, ce sont des immenses appartement-hôtels, et ça ne me donne aucune envie de rester là.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ni une ni deux je remonte sur mon vélo, et continue ma route. Le coucher du soleil approche, et je me dis que je ferais bien du camping sauvage ce soir. A l’approche de la ville de Ksamil, je vois un champ d’oliviers à ma droite qui longe la mer, et me sens inspirée. Je descends la route, observe le coucher de soleil et me mets en quête d’un spot.

IMG_3187

Je bataille un peu avec mon vélo sur la terre caillouteuse, mais j’arrive à suivre un semblant de chemin qui coupe le champ et me trouve rapidement un spot, face à l’île de Corfu. Je m’endors en regardant les étoiles dans mon sac de couchage, pour ma dernière nuit en Albanie.

Bilan : 68km et 5h de vélo !

Sympa ce spot, non ?

IMG_3198

Jour 28 : direction la Grèce

L’avantage, quand je dors à la belle étoile, c’est que je me réveille avec le Soleil et que je suis plus efficace le matin. J’utilise mon réchaud pour finir mon muesli, lis un peu et repars tranquillement vers 9h.

20190812_060236 Je ne suis pas pressée de quitter l’Albanie, ce pays m’a vraiment plu et je sais déjà que la Grèce, ce sera moins l’aventure…et de moments insolites, comme par exemple des brebis qui envahissent l’aire de pause un peu plus tard dans la matinée :

IMG_3211

Et parlant d’aventure, alors que j’arrive à Betrint, je remarque que la route s’arrête et qu’il n’y a pas de pont. C’est alors que je vois un système maison digne de ce que j’avais vu en Bolivie  avec une structure en bois tirée par des poulies sur laquelle vont les voitures et passagers pour traverser. J’embarque donc sur ce radeau version albanaise, et me retrouve rapidement de l’autre côté pour la modique somme d’1€.

Ca marche comment, niveau asssurance voyage ?

20190812_094448

La route jusqu’à la Grèce, c’est encore une route albanaise comme on les aime avec plein de trous. L’avantage c’est qu’en prenant cette route secondaire, j’évite une bonne partie de la circulation et qu’il y a moins de monde. A quelques kilomètres de la frontière, je récupère cependant la route principale et là je suis dans le dur : ça monte bien, et il fait très, très chaud. Autour de 40 degrés selon les prévisions que j’avais pu voir. Mon eau est brûlante et ne me rafraîchit pas, et la magie des routes secondaires n’est plus là. Je m’arrête dès que je peux pour me prendre 1/2L d’eau que je bois en moins de dix secondes, essaie de rester un peu à l’ombre et repars.

La végétation se fait de plus en plus rare à l’approche de la Grèce :

IMG_3218

Contrairement aux fois précédentes, il n’y a pas grand monde à la frontière mais je double quand même une dizaine de voitures (j’appellerai ça le « privilège vélo » !). Arrivée côté grec, l’employé me tend mon passeport en me disant « you must have strong legs ». J’imagine…Et comme après les frontières croates et monténégrines, j’ai droit à une belle descente de bienvenue jusqu’à la côte. Youpi, bienvenue en Grèce !

20190812_113649

Bon, ça commence vite à remonter et la route est vallonnée, comme toujours sur la côte adriatique. Mais je trouve rapidement des fontaines à eau et alors que je m’arrête un peu sur un semblant d’aire de pause, j’entame la discussion avec des vacanciers albanais qui m’offrent une pita et de l’eau fraîche en apprenant que j’ai tout fait à vélo. J’ai juste envie de repartir en Albanie après les avoir rencontré, le pays me manque déjà !

20190812_132751

J’arrive à Igoumenitsa, la ville portuaire où j’irai prendre un ferry pour Corfu le lendemain. Je vais y retrouver un ami pour quelques jours, et faire enfin une belle pause hors du vélo !

Mais pas de chance, il n’y a pas de camping avant la ville et je suis obligée de continuer pendant plusieurs kilomètres. Sauf que la route remonte bien, avant de descendre pour revenir au niveau de la mer. C’est 15h bien sonnés, et je souffre dans cette montée. Surtout, je vois que le gradient est plus élevé qu’en Croatie : ça monte et descend plus vite, et ça m’annonce la couleur pour le reste de la côte grecque. Si je la fais toute, ce sont 1000km qui m’attendent…

Trouvant refuge dans un camping, je pique une tête en face de l’île de Corfu, plus contente à l’idée de retrouver mon ami le lendemain que de me refaire la montée…

IMG_3250

Bilan : 63km et 5h de vélo !

Bilan de la semaine :

413km, soit 2369km depuis Vienne !

C’était une bonne semaine sur les routes, avec un rythme de 1 jour sur 2 qui m’a permis de m’imprégner un peu plus de l’Albanie. Maintenant du repos à Corfu, avant de retourner à vélo sur la côte grecque…A la semaine prochaine 🙂

 

Du sud de la Croatie à la capitale de l’Albanie (semaine 5)

JOUR 21 : l’hospitalité croate

Après une journée de repos, je repars mardi matin sur les routes. Objectif du jour : atteindre Dubrovnik ! Je fais un détour par Lidl, qui sera sûrement mon dernier avant longtemps. Et achète de quoi me faire tenir la journée, soit :

500g de pain complet avec du fromage et du beurre de cacahouète

1,5kg de fruits (bananes, pêches, prunes…)

500g de haricots en boîte

1 burek fourré au fromage

½ L de kéfir

Ca a été grosso modo mon alimentation pendant ces deux semaines en Croatie, avec des pâtes et du riz quand j’avais l’occasion de cuisiner. De temps en temps j’achète aussi des boissons sucrées et barres de céréales, pour me donner un coup de boost !

Je pars ainsi du magasin à 9h30, par un temps un peu moins chaud que les jours d’avant grâce à la pluie qui a rafraîchi l’atmosphère, mais on frôle tout de même les 30 degrés.

La journée commence fort avec une belle montée à 6% selon les panneaux, qui est comme d’habitude bien plus élevée que ça. Je m’arrête sur l’une des aires, me fait une belle frayeur lorsque je vois que mes sacoches manquent de peu de dégringoler dans le ravin, puis repars.

IMG_2308

J’arrive dans une partie intéressante du globe où l’on traverse la frontière croate deux fois, car la Bosnie a environ 10km de côte. Moi qui détestais traverser les frontières en backpacker, je les adore à vélo car je peux doubler tout le monde (et que les agents de sécurité m’encouragent à le faire !). Je jubile en dépassant les voitures, et arrive en Bosnie. Cliquer ici pour voir un extrait vidéo de ma traversée de frontière à vélo 🙂

Souhaitant un peu de soutien sur les routes, je me décide à écrire en gros « France » à l’arrière de mon vélo. C’est le succès immédiat et les francophones se font un plaisir à me klaxonner, des belges aux suisses et bien évidemment des français. Mais aussi des locaux qui me crient « Tour de France ! ». Je me décide à garder le signe les jours suivants, c’est un boost incroyable sur les routes. Et je me dis que quelque part, c’est mon tour à moi !

IMG_2372

Après cette brève halte en Bosnie, je suis de retour en Croatie. Je m’arrête sur les coups de 15h dans la ville de Slano, en quête de rafraîchissements. Quelques boissons et une baignade plus tard, je quitte la ville et ses vacanciers bronzés.

IMG_2319

C’est de nouveau une belle montée, et alors que je m’arrête pour photographier la vue, je me fais aborder par un local qui voit mon signe « France ». Blaise, comme il se présente avec son nom francisé, est un croate de 68 ans qui a vécu 10 ans en France et travaillé là-bas. Il retourne justement chez lui, après Dubrovnik, dans sa maison avec vue sur mer qu’il a construite lui-même et qu’il loue régulièrement à des vacanciers. Il propose de m’héberger chez lui si les tchèques qui étaient là ne sont partis, ou de m’inviter dans une auberge qu’il connaît bien. C’est génial !

Je roule ainsi jusqu’à Dubrovnik, alors que la luminosité décline, vois un coucher de soleil magnifique avant de retrouver Blaise qui m’attend plusieurs fois sur la route.

IMG_2338

Quand j’arrive chez lui, je me dis que c’est un endroit tout simplement incroyable : 150 marches pour descendre jusqu’à sa maison, et de là un superbe panorama sur l’adriatique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mais ce qui est encore plus fou c’est son histoire : une vie pleine de souffrance, solitude et regrets, entre ses rêves de faire du football au PSG qui furent envolés car il n’avait pas de permis de séjour, son isolement car ses voisins « sont tous des communistes » et qu’il est profondément européen, les habitants de son village qui l’ont agressé physiquement plus d’une fois…Il me dit que pour lui, les balkans c’est « tuer, voler, détruire ».

Ne sachant pas à qui léguer sa maison comme il est en froid avec sa famille, il me dit que si je restais ici et que je lui assurais une descendance, il me laisserait tout. Je le rembarre rapidement, lui disant qu’il devrait se trouver une femme croate de son âge ! Il y a bien une voisine qui l’intéresse, me dit-il…Il n’insiste donc pas, et me laisse même les clés de sa maison pour que je dorme en paix. Lui préfère dormir dehors, à la belle étoile.

Bilan : 7h30 de vélo, 108km parcourus et une sacrée rencontre !

JOUR 22 : direction le Montenegro

Après une journée de pause, au cours de laquelle il m’emmène visiter les environs, et prépare de bons plats méditerranéens à base d’aubergine, je me remets en route.

Cette fois-ci, je vais quitter définitivement la Croatie pour le Montenegro, et je me débarrasse de mes pièces croates car le Montenegro utilise…l’euro ! Assez étrange car le pays n’est pas dans l’UE, mais pratique.

Arrivée à la frontière, ça bouchonne et encore une fois je suis la fille la plus heureuse du monde lorsque je double tout le monde. Surtout, c’est une belle descente entre les bureaux croates et monténégrins, et je file à toute allure.

Un coup de tampon, un « have a nice day » et me voilà pour la première fois au Monténégro !

20150101_194216

Il est 15h quand j’atteins la première grande ville, Herceg Novi, et je me fais aborder par un serbe qui ne parle pas un mot d’anglais mais avec qui je communique via google traduction. Il me dit qu’il fait du vélo depuis 10 ans, et me donne son contact si jamais je visite la Serbie. Les habitants des Balkans sont vraiment chaleureux !

La plage d’Herceg Novi :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je continue ma route dans la baie de Kotor, qui n’est pas si plate que ça avec quelques montées à 7%. Aussi, et c’est une surprise, il y a beaucoup de touristes. Principalement des serbes, mais aussi des allemands, français…Quoi qu’il en soit, les paysages sont magnifiques. J’en prends plein les yeux !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et passe par quelques bleds au nom imprononçable, c’est aussi ça les voyages à vélo.

IMG_2427Quand j’arrive à Kotor, je me dirige comme d’habitude vers l’office de tourisme et on m’indique un camping à 10km de là. Le camping est basique, et me convient parfaitement. Je rencontre une famille française qui m’aide à réparer ma tente, et vais manger une glace. Quand je reviens, je tombe sur un couple de cyclistes allemands qui s’installe à côté de moi. Toujours un plaisir d’échanger avec d’autres cyclistes, on en croise si peu dans les Balkans !

Bilan : 7h de vélo et 91km parcourus !

Le lendemain, je m’accorde une journée de pause pour aller visiter Kotor et profiter un peu de la baie. Ce rythme 1 journée de vélo 1 journée de pause commence à bien me plaire !

La ville de Kotor est charmante, mais pleine à craquer de touristes. Finalement, c’est comme la Croatie ici.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

De retour au camping, je mange au restaurant un plat à base de poisson pour la modique somme de 4€. Miam ! Le soir, je me prépare du riz et termine enfin mes réserves de nourriture. A partir de l’Albanie, je mangerai dans les petits restos, ce sera bon et pas très cher. La bonne nouvelle aussi, c’est que j’aurai moins de poids sur le vélo !

IMG_2515

Jour 23 : premiers coups de pédale en Albanie

Après une nuit pluvieuse, je repars vers 9h. C’est du grand plat pendant bien 40km, avant l’arrivée à Budva où j’ai une montée bien supérieure au % indiqué. Assoiffée et affamée, je me pose sur la petite aire en haut de la montée et aborde deux touristes qui ont une plaque autrichienne. C’est en réalité un couple de bosniaques qui habite en Autriche depuis plus de 30 ans, et en apprenant que je voyage à vélo, ils en tombent presque du banc et me laissent toute la nourriture qu’ils ont ! Je me retrouve avec 1,5L d’eau gazeuse, une tablette de chocolat fondue, du fromage, de la charcuterie, 1 miche de pain, des pommes et prunes…et ça continue, une autre vacancière arrive avec un burek, et me l’offre ! C’est la première fois que l’on fait preuve d’autant de générosité avec moi, je ne sais pas quoi dire pour les remercier. On fait une photo ensemble pour immortaliser le moment, puis ils se remettent en route. Je repars l’estomac lourd, mais bien rassasiée.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je ne m’éternise pas à Budva, qui malgré son centre historique ressemble à une ville côtière de fétards. Et c’est une bonne idée de ne pas y rester, car plus loin sur la route je tombe sur ce magnifique village (Sveti Stefan) où je reste une bonne demi-heure pour en apprécier la vue.

IMG_2636

Plus loin, je me retrouve encore à faire une belle ascension, et avec le cagnard ce n’est pas facile.

20150103_171007

Je m’arrête assoiffée, et des allemands en voiture qui sont aussi sur la petite aire me voient et m’offrent 2L de boissons sucrées. Aujourd’hui, je me dis que c’est vraiment le tour de France ! Sans oublier les coups de klaxon auxquels j’ai droit de temps à autre, depuis que j’ai mis « France » sur mon vélo.

Encore une fois, il y a beaucoup de bouchons sur la route. Je m’amuse à doubler tout le monde par la droite, revois les allemands qui m’ont aidée et crie « andiamo ! » aux voitures italiennes. Le sourire aux lèvres, les locaux me regardent eux aussi amusés, alors que je double des dizaines de voitures. Quand la circulation retourne à la normale, les vacanciers sont visiblement contentes de me redoubler et j’ai droit à une demi-douzaine de coups de klaxon. Bye bye…

Je continue jusqu’à la ville de Bar, où je vois ma première mosquée de la région, et sachant que je dois à un moment ou à un autre tourner à gauche pour aller en Albanie. Je scrute les panneaux, et c’est alors que j’en vois un, petit, avec marqué « Shkoder ». Je vois une belle ascension devant moi, et espère que ce sera plat de l’autre côté de la montagne. Le pourcentage devient trop élevé à un moment, et je pousse mon vélo sur une centaine de mètres. La bonne nouvelle, c’est qu’ensuite c’est effectivement du plat, et surtout c’est une route de campagne globalement ombragée ! Heureuse d’être enfin sur une route moins fréquentée, j’en profite et me mets en mode croisière.

20150103_200459

Et tous les déchets mélangés dans les poubelles, il n’y a quasiment jamais de poubelles de tri au Monténégro :

IMG_2665

Sans m’en rendre compte, j’arrive déjà à la frontière albanaise. Je la traverse à 18h30, après un « Dai » de l’albanais qui me fait signe de doubler toutes les voitures, et m’émerveille déjà d’être ici. Je découvre un pays qui est un mélange de Turquie, Maroc et Amérique latine, avec des locaux qui traversent la route avec leurs vaches, pendant que d’autres pédalent sur de vieux vélos ou de vieilles mobylettes… Beaucoup de déchets au bord des routes, aussi, et je me dis que ça va être compliqué de faire le tri, déjà que ça commençait à devenir difficile au Monténégro.

20150104_122624

Je continue de pédaler, puis vois un panneau « camping » et tourne à droite. Visiblement le panneau n’était pas dans le bon sens, le camping est plus loin et j’y arrive un peu après 19h. Je suis surprise de trouver un camping aussi moderne et bien équipé, largement au-dessus des standards croates ou monténégrins, mais moins cher (8€ la nuit, contre bien souvent 20€ ou plus en Croatie !).

Je monte ma tente et sympathise avec mes voisins allemands et néerlandais, qui voyagent en van et camping-car.

Bilan : 116km à vélo et 7h sur les routes !

IMG_2694.JPG

Le lendemain matin, je fais un tour dans le camping et réalise qu’il y avait une zone dans un bosquet pour les tentes, où visiblement tous les cyclistes se sont installés. Ce jour-là, je rencontre plus d’une dizaine de cyclistes, moi qui n’en voyait quasiment pas depuis la Croatie ! C’est le seul camping du coin, et tout le monde a l’air de s’arrêter là. Il y a un couple de retraités néerlandais qui revient de Grèce, une française qui est partie de Venise, une allemande qui a commencé à Vienne, un italien qui vient d’atteindre les 2000km à vélo, un couple d’autrichiens qui fait un voyage à vélo dans les Balkans…et le couple le plus fou : un allemand et une namibienne, qui voyagent de Stuttgart (Allemagne) jusqu’en Namibie (18000km!) ! Pour info, la Namibie c’est ce pays en Afrique qui est au nord ouest de l’Afrique du Sud, donc tout en bas du continent…Ils sont partis pour au moins un an, dans une aventure qui s’annonce incroyable.

Je m’accorde une nouvelle journée de pause, visite la ville de Shkoder avec les autrichiens, et après avoir un peu tourné en rond et réalisé qu’il n’y avait pas grand-chose à voir, nous rentrons au camping.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jour 24 : direction la capitale !

Je me réveille vers 7h, me balade à vélo jusqu’au lac de Shkoder puis pars un peu avant 10h après avoir dit adieu à tout le monde. Ca me motive de savoir qu’il y a d’autres cyclistes qui vont prendre la route après moi, je sais que je ne suis pas seule quelques part, et que d’autres vivent la même chose que moi !

On m’avait prévenue que la route était plate, et ça me fait presque bizarre de tracer autant. En à peine deux heures j’arrive à Lezhe, sur une route assez large qui me laisse de la place pour naviguer.

20190805_104520

Après Lezhe les choses se gâtent un peu lorsque je vois que la route se transforme…en autoroute. J’ouvre ma carte, pourtant récente, et me dis que l’autoroute doit dater de peu. Mais la bonne nouvelle c’est qu’il y a une route qui passe par la campagne, plus à l’est, et elle est beaucoup moins fréquentée.

IMG_2705 Je passe ainsi par des villages, où les hommes attablés aux cafés me scrutent. Ca me rappelle vraiment le Maroc, où quand je marchais seule quelque part, les hommes m’observaient comme si je venais d’une autre planète. Ayant maintenant l’habitude , je les fixe aussi du regard (pourquoi les femmes n’auraient pas le droit de voyager seules ?) ou ignore tout simplement.

La route passe par des zones désaffectées, et je me demande ce qui a bien pu s’y passer. Les usines sont complètement abandonnées, il y a des ruines un peu partout, des maisons en construction autre part… C’est apocalyptique par moment.

IMG_2713

Je récupère la route principale un peu plus tard, qui est bien encombrée. Surtout, je vois 3 accidents arriver sous mes yeux et me dis que les albanais conduisent un peu comme des fous. L’arrivée à Tirana est ainsi assez chaotique, avec souvent des trous en bord de route, mais les bouchons me permettent de tigzaguer entre les voitures et de me retrouver rapidement dans la capitale. Où, bonne nouvelle, il y a des pistes cyclables !

20190805_171708

J’arrive ainsi sur la place principale à 17h30, mais galère pendant plus d’une heure pour trouver une auberge. L’office du tourisme me fourgue une carte inutile où les points pour les auberges correspondent aux hôtels, et j’erre dans la ville avant de demander ma route à un local. Aborder un papi albanais n’était pas la meilleure idée car il ne parle pas un mot d’anglais, et comprend que je viens du Kosovo quand je lui dis « France » deux fois. Mais il se démène, cherche des passantes qui parlent anglais, je trouve entre temps du wifi et les albanaises m’indiquent la route à suivre pour y aller. Ne parlant pas un mot d’albanais, je lui serre la main pour le remercier, et vais à l’auberge. Pas de chance car elle est pleine, mais on m’en indique une autre non loin de là qui a des lits disponibles. L’auberge a moins de 2 mois, est flambante neuve et de mes souvenirs je ne suis jamais restée dans une auberge aussi classe. C’est du 4 étoiles, et je me dis que pour 10€ la nuit c’est le luxe ! Je rencontre une voyageuse originaire du Bangladesh et étudiant aux US, qui me rappelle mon passé de backpackeuse.

Bilan : 5h30 de vélo et 113km parcourus !

Le lendemain, c’est une belle journée de pause et j’en profite pour aller faire huiler mon vélo. Ici, pas de Décathlon mais de petits ateliers à côté du Bazaar, où ça ne parle pas vraiment anglais. Je tombe sur la française du camping qui a aussi besoin d’une réparation, et qui va repartir vers la côte albanaise dans l’après-midi. Pour la modique somme de 100 lek (moins d’1€), je repars avec un vélo huilé, ma béquille réparée et mes pneus gonflés. Il ne comprend pas vraiment que je lui dis que mettre plus de pression à l’arrière, et me fait signe vers un magasin où je peux acheter des sacoches vélo…Mais l’important c’est que le vélo fonctionne, et je suis contente de l’opération.

Je me balade un peu dans Tirana, où mis à part l’énorme mosquée, il n’y a pas de bâtiment qui sorte de l’ordinaire. Mais c’est agréable de circuler dans la ville sur les pistes cyclables, et je me trouve un bon sandwich aux légumes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les installations électriques en Albanie, tout un système :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et je retombe sur l’italien du camping, qui repart ce soir pour l’Italie en ferry. Il voyage avec plus de 35kg, et un accordéon. Il fait régulièrement des concerts improvisés quand il voyage, et me raconte son aventure de la veille : il ne savait pas où dormir dans la ville de Laç, et s’est fait inviter par l’imam du village à monter sa tente à côté de la mosquée

Bilan de la semaine : 428km, soit 1956km depuis Vienne !

Je sens que je me suis vraiment endurcie depuis le début, j’arrive à faire du 100km par jour sans forcer que ce soit du plat ou des montées et descentes. Surtout c’était un bon rythme de faire du vélo une journée sur deux, j’en ai bien profité !

Demain, je vais partir vers Berat puis direction Gjirokaster et Sarandë 🙂 A la semaine prochaine.

 

 

La Croatie : sa côte, ses villes et sa campagne (semaine 4)

Cette semaine a été la plus exigeante depuis que je suis partie :

  • il n’a jamais fait aussi chaud : + de 35 degrés toute la journée
  • la route n’a jamais été aussi fatiguante : que des montées et des descentes, jamais de plat, et même si c’est toujours entre 5% et 10%, c’est dur à la longue
  • j’ai du rationner mon eau car j’ai rencontré de longues portions sans villages
  • il y a constamment un vent de face qui me ralentit (merci le vent du sud)
  • la route est assez étroite avec peu de protection donc si je suis trop à droite, c’est la chute dans l’Adriatique. Cliquez ici pour une vidéo de la route que j’ai postée sur youtube

Mais j’ai croisé quelques autres cyclistes, qui sont d’ailleurs beaucoup moins nombreux sur les routes qu’en Slovénie (étrange non ?) et ça m’a remonté le moral. De ne plus être seul dans la galère, ça rassure un peu !

Commençons par une petite leçon de croate, je placerai sûrement certains mots dans la suite de l’article :

Oui = Da

Non = Ne (= »né »)

Bonjour = Dobar dan

Merci = Hvala (prononcé rouala jusqu’à Zadar, à partir de là c’est « fala »)

Merci beaucoup = Hvala lijepa (rouala liépa)

Au revoir, Adieu = Do vidjanja (do vidyana)

eau = voda

bière = pivo

chambre = sobe

et quelques mots transparents : apartman, restoran, tekstil !

JOUR 15 : remise en forme

Après une matinée tranquille à l’auberge, je me décide à partir aux alentours de 13h. C’est alors que la gérante de l’auberge propose de m’offrir le repas de midi, et me demande si ça ne me dérange pas qu’elle m’interviewe ! Visiblement intriguée par mon parcours, elle souhaite en savoir plus et poster un article en ligne.

Après cet interview totalement inattendu, je me remets ainsi en route et pédale pendant deux petites heures. Aujourd’hui, pas de folie, je veux juste camper à Senj pour faire d’une traite le trajet jusqu’à Karlobag le lendemain (on m’avait prévenu qu’il n’y avait pas de villages pendant 60km).

J’arrive ainsi à Senj en milieu d’après-midi, et me rends tout naturellement à l’office de tourisme. Ca commence mal, il n’y a toujours pas de magasin qui puisse réparer les vélos et l’employée me dit que le prochain sera à Zadar…à 150km de là. Ca fait 10 jours qu’on n’a pas touché à mon vélo, et je sens qu’il n’est pas en grande forme (surtout, les pneus sont quasiment lisses, et ça c’est mauvais avec toutes les descentes à venir). Aussi, il n’y a pas de campings dans la ville et le prochain est à une dizaine de kilomètres. Et ça commence par une belle montée, youpi !

20190721_165320

J’arrive finalement à Sveti Juraj à 18h, et tombe sur un camping charmant, pour une fois. Un des employés croates me prend sous son aile et m’aide à monter ma tente, me parlant allemand comme tous les croates du camping. Mis à part des allemands, il y a quelques hongrois, slovènes et néerlandais, comme c’est le cas sur une bonne partie de la côte.

En tout cas je profite bien de l’accès à la mer, et immortalise la baignade d’un tchèque au moment du coucher de soleil.

IMG_1958.JPG

Bilan : 35km et trois petites heures de vélo !

JOUR 16 : la Croatie à l’état pur

Je pars le lendemain vers 9h30, après avoir acheté une sorte de hot-dog local à la boulangerie du camping. Je n’avais pas envie de viande, mais c’était la seule nourriture qui semblait pouvoir me caler l’estomac.

La mauvaise nouvelle c’est qu’il fait déjà chaud, et que ça monte pendant plus d’une heure. C’est dur, et heureuse comme Ulysse qui trouve l’île de Calypsos, je tombe sur un restaurant de bord de route ombragé. La pause me rafraîchit, tout comme l’ice tea, et je repars.

IMG_1986

Je tente le diable et continue à pédaler sous un soleil de plomb, avant de céder à 13h30. Je n’irai pas plus loin avant 15h…

Je laisse toujours plus de montagnes derrière moi, mais il y en a toujours de nouvelles à ma gauche, et bien sûr toujours plus de montées et de descentes à venir.

IMG_1998

N’ayant pas remarqué que Karlobag était si proche (surtout, la route descend enfin davantage) j’y arrive déjà à 15h30, et je suis contente de me poser à l’auberge que j’ai dégotée. Pour la première fois depuis que je suis partie, j’avais planifié une nuit à l’avance, vous y croyez ? Pas de détour par l’office de tourisme pour demander s’il y a des options dans la ville, pas des dizaines de kms en plus car il n’y en a pas ? Ca fait plaisir pour une fois d’arriver quelque part en disant « I’ve got a booking » mais je ne le referai pas pour autant. Je serais bien allée plus loin ce jour-là, j’en avais l’énergie, et c’est ça toute la problématique des voyages à vélo : on ne peut pas planifier, ça dépend de notre forme du moment et des imprévus de la route.

Un enfant se baladant sur le port de Karlobag :

IMG_2008.JPG

Quoi qu’il en soit c’est la meilleure auberge dans laquelle je suis restée en Croatie, pour le même prix que les autres (20€ la nuit). Moderne, bien équipée (je peux cuisiner !), climatisée, et personnel sympathique. Je parle d’ailleurs pendant deux bonnes heures avec le réceptionniste, Milan, un croate incroyable qui connaît mieux les artistes français que la plupart d’entre nous : on passe ainsi un bon moment à parler de Rimbaud, Victor Hugo, mais aussi de Gainsbourg, Truffaut… On s’échange nos goûts musicaux, et je repars avec une belle liste de chansons croates. Hâte d’écouter !

Il me parle aussi de la Croatie, et de la difficulté à trouver un travail, lui qui vient de l’autre côté des montagnes et qui parle pourtant couramment anglais et allemand. Surtout, le salaire minimum qui vient d’être instauré n’est pas très élevé me dit-il (environ 500€, alors que la nourriture au supermarché coûte grosso modo aussi cher qu’en France).

On parle de la vie en Allemagne, pays où il a également vécu, et j’ai un pincement au cœur au moment de quitter l’auberge le lendemain. C’est aussi la première fois depuis bien longtemps que je dors plus de 10h, je suis en pleine forme !

20190723_133403

Bilan : 60km et 4h de vélo !

JOUR 17 : direction Zadar

Vers 10h c’est reparti, et la route est toujours aussi dure que la veille. Montées, descentes, chaleur étouffante. Je fais une grosse pause entre 14h et 15h, et alors que je m’apprête à repartir, je vois Iris, l’allemande qui voyage à vélo avec son chien, que j’avais croisée à Ljubljana ! Je ne m’attendais pas à la revoir. Très heureuse de la croiser et de parler enfin avec une cycliste, elle est aussi visiblement très enthousiaste et nous blablatons une bonne demi-heure. On se recroisera d’autres fois dans l’après-midi, et ça me motive de savoir qu’il y a quelqu’un d’autre sur la route proche de moi ! Vous pouvez d’ailleurs la suivre sur instagram, son profil est earth.thebeauty.

Le long de la côte, des paysages toujours plus impressionnants :

IMG_2029

Après une longue journée, j’arrive enfin à Zadar et me rends directement au Décathlon qui pour une fois est proche du centre-ville. Soulagée de trouver enfin une sacoche pour le guidon, et qu’on puisse réparer mon vélo, je remercie plus d’une fois l’employé qui me conseille bien sur le matériel à utiliser. Je ressors du magasin avec des pneus neufs (malheureusement toujours tout-terrain, ils n’avaient pas de pneus routes en 26″ donc j’aurai toujours autant de résistance sur la chaussée), une chaîne dégraissée et des freins réparés. Je suis aussi très surprise de voir qu’ils demandent trois fois rien pour les frais de réparation, hors matériel je paie juste 7€ alors qu’il a quasiment passé 1h dessus !

Il est presque 21h quand je sors du magasin, et c’est le coucher du soleil. Ayant regardé le matin même où se trouvait le centre-ville sur google maps (je n’ai plus de carte depuis maintenant 40km, aucune office de tourisme n’en avait) je m’appuie sur ma mémoire visuelle et les panneaux pour trouver le centre. J’avais aussi noté le nom de deux auberges, demande ma route dans la rue et prends un lit pour deux nuits à l’auberge Tequila Bar, visiblement située dans le quartier festif de la ville.

IMG_2094

Bilan : 94km et 6h15 sur la selle !

Le lendemain c’est une journée de pause bien méritée, au cours de laquelle je fais une visite gratuite guidée de la ville qui m’apprend notamment que :

  • la ville a été détruite deux fois (lors de la 2nde guerre mondiale, mais aussi de la récente guerre dans les balkans, il y a 25 ans)
  • il y a 15 églises catholiques et seulement 1 orthodoxe
  • la ville a été romaine par le passé, comme en témoignent certaines ruines
  • La ville a connu trois dictatures au XXe siècle : Mussolini (elle appartenait à l’Italie), Hitler, et Tito. Elle mentionne aussi le nom d’un croate qui était le dictateur « local ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Aussi Hitchock aurait dit que c’est à Zadar qu’il a vu les plus beaux couchers de soleil, et je veux bien le croire…

En tout cas, je suis très contente d’avoir fait cette visite tardive (à 18h) car elle me permet de rencontrer plusieurs voyageurs et nous passons la soirée ensemble : il y a une prof allemande, 2 aixoises, 1 danois qui vient de rompre avec sa copine, et 1 couple espagnolo-costa ricain qui vient de se marier deux jours plus tôt. Tout le monde a entre 25 et 30 ans environ, et nous parlons,rigolons et dansons bien tous ensemble !

Bryan, le costa-ricain, me dit d’ailleurs qu’il a hébergé plus de 600 personnes avec couchsurfing et qu’en plus d’être la nationalité qui voyage visiblement le plus en Amérique centrale (c’est celle qu’il a le plus hébergé) ce sont toujours les français qui ont les projets de voyage les plus fous : et, en me regardant, il dit qu’on en a bien la preuve ce soir. On éclate tous de rire !

Je ne sais pas si je suis folle, mais en tout cas ça me fait plaisir de remettre des habits normaux :

20190724_134953.JPG

JOUR 18 : bienvenue en Dalmatie

A partir de Zadar, la région s’appelle la Dalmatie : oliviers, vignobles, la région est plus agricole et touristique aussi. Très vite je retrouve des similitudes avec ma région (Provence-Alpes-Côte d’Azur) : la côte croate me rappelle la côte d’azur, et la campagne croate mes terres d’origines. Et ils ont aussi de la lavande ici !

IMG_2100

Je pars ainsi le jeudi 25 juillet de Zadar, en milieu d’après-midi histoire de me reposer un peu. Enfin, si on peut appeler ça du repos…La nuit précédente, un groupe de 6 belges était dans mon dortoir et en plus d’être bruyants lorsqu’ils sont rentrés à 5h du matin, ils étaient sous l’emprise de drogue (je les ai entendu sniffer de la coke). Donc j’ai pas très bien dormi !

Dormant bien une fois sur deux dans les auberges croates, je me dis que le mieux est de toute façon de continuer ma route. Je fais mes courses quotidiennes, cette fois-ci au supermarché Konzum (je crois que j’aurais testé tous les supermarchés croates !) et pédale en direction de Sibenik, la prochaine grande ville.

Et là, surprise : la route est étonnamment plate, du moins en faux plat, et je carbure. Ca fait plaisir de pouvoir enfin se remettre en mode croisière, comme c’était le cas le long du Danube…il y a déjà plus de trois semaines. Et en parlant du Danube, je vois plusieurs fois des itinéraires « euro velo » le  long de la route et me tâte à les suivre plusieurs fois. Et clairement, les croates n’ont pas la même définition que nous du cyclisme sur route : ce sont principalement des pistes de mountain biking, comme ce que j’avais pu voir à Trieste en Italie… Et je les évite, cette fois.

20190725_201710

Il y a tout de même quelques portions agréables, qui passent notamment par la campagne croate. Plus que ravie de quitter enfin la côte, je suis l’itinéraire (qui n’est pas une piste cyclable, mais une route de campagne : c’est mieux que rien !)et j’arrive dans la ville de Tribunj après moins de trois heures de vélo. Je m’y arrête un peu lorsque je tombe sur un concert au port de la ville.

C’était bien de profiter de la musique, mais pour trouver un spot où dormir une moins bonne idée : il est déjà plus de 21h, il fait nuit et la ville est peuplée de touristes. Je tourne longtemps en rond, pense trouver un spot dans un pré puis vois une voiture arriver (oups, opération camouflage avant de repartir discretos), et dors finalement dans un bosquet proche d’un lotissement à la sortie de la ville. Trouver un spot à 23h, j’éviterai de refaire ça ! Surtout, je me fais dévorer par les moustiques (visiblement, mon anti-moustique « numéro un en Europe » a ses limites).

Bilan : 65km de vélo et 3h de vélo !

JOUR 19 : C’est parti pour Split

N’ayant pas trouvé un spot très protégé, je décampe à 6h du matin et pars vers Sibenik.

IMG_2140

Crevée de ma courte nuit pas reposante, je pédale seulement une heure et arrive en ville après une belle montée. Je me repose jusqu’à 9h sur un petit parking avec vue sur la forteresse, puis redescends. Objectif Split !

N’ayant plus de carte de la route (les offices de tourisme croates ne sont pas du tout compétentes dès qu’on leur parle de vélo et de carte), j’arrive à un croisement où je vois qu’il y a deux itinéraires pour aller à Split sans savoir le profil de chaque. Je vois que la route 58 est plus courte que l’autre (15km en moins) et me dis que c’est sûrement celle qui passe par la côte. Réalisant après de longues minutes que je mets définitivement cap à l’est (merci ma boussole) je comprends que j’ai pris l’itinéraire qui coupe par la campagne croate, et qui sera donc plein de montées et de descentes…Surtout qu’il fait encore très chaud aujourd’hui.

Des montées interminables (difficile de s’en rendre compte en photo, mais ça grimpe, croyez moi!)

20190726_162901.JPG

Je souffre sur le vélo, m’arrête régulièrement à l’ombre, mais à ce stade je n’ai pas envie de faire demi-tour. Ce changement de paysage me fait du bien, et j’ai l’impression d’être à la maison : je vois des collines et des oliviers à perte de vue. Surtout, c’est plus facile de trouver de l’eau que sur la côte car la route passe par de nombreux petits villages, et qu’il y a toujours de l’eau potable au cimetière ! Je m’amuse un peu et invente une émission « passion cimetière » dont voici le premier épisode (cliquer ici).

Surtout, je tombe sur un cycliste croate qui m’avait doublé la veille et nous discutons un peu. Il s’appelle Nicolas, étudie à Zagreb et a décidé de traverser la Croatie à vélo pour rencontrer ses amis. Bon plan !

Entre 13h et 14h, c’est encore une fois un pic de chaleur assez terrible et je fais une grosse pause à l’ombre. Je repars un peu reposée, mais soucieuse à la vue des énormes montagnes à ma droite : je me dis que je vais sûrement devoir les traverser pour retourner sur la côte…

Mais non ! Je vois une belle descente se profiler devant moi, qui arrive sur la ville touristique de Trogir. La descente dure longtemps, et c’est sûrement la plus belle que j’ai faite depuis le début de ce voyage. Je suis contente de pédaler dans ce sens, la montée aurait été interminable !

IMG_2171.JPG

A partir de Trogir, je récupère la route côtière que j’avais laissée et à l’approche de Split la situation se gâte. La route se transforme en voie rapide, et il n’y a pas de trottoir la plupart du temps. Je prends mon courage à deux main, pédale aussi vite que je peux, reste bien à droite et essaie de ne pas penser aux bouquets de fleurs que je vois à ma droite sur un des ponts…Cliquez ici pour voir une courte vidéo que j’ai pu filmer.

C’est 17h et la circulation devient vraiment dense. Je ne me vois pas continuer comme ça jusqu’à Split et cherche un plan B. Observant mon environnement, je vois la côte en contrebas et me dis qu’il y a forcément une route moins fréquentée qui longe la côte…BINGO ! Je tourne à droite et me retrouve sur une route bien plus tranquille. En plus, il y a des supermarchés donc j’en profite pour faire quelques courses.

Mais ce n’était qu’une trêve, à partir du moment où je vois marqué « Split » ça redevient dangereux. Il y a beaucoup de voitures, j’essaie de rester sur le trottoir quand j’en vois, mais il n’est souvent que d’un côté et souvent plein de trous.

Finalement je vois une piste cyclable (mon dieu, ça existe encore ?) qui dure quelques centaines de mètres. C’est déjà ça. Quand j’arrive enfin dans le centre-ville, c’est plus de 19h et je me mets illico presto en quête d’une auberge. Les mauvaises nouvelles continuent et toutes ces que je trouve dans le centre historique sont pleines. C’est 20h30, il va faire nuit et je n’ai pas très envie de dormir sur le port

IMG_2182.JPGHeureusement, une des auberges me propose d’utiliser leur wifi et de chercher quelque chose. Je dégote une auberge un peu plus au nord, et repars avec l’itinéraire google maps en main qu’on m’a imprimé.

Je ne comprends pas où se trouvent les noms des rues, mais suis l’itinéraire à l’instinct. Sentant que je ne suis pas trop loin de la rue mais tout de même perdue, je demande mon chemin et tombe sur un local sexagénaire qui connaît très bien la rue car il n’habite pas loin de là. Génial !

J’arrive enfin à l’auberge, après 21h, et laisse mon vélo à l’intérieur. Une bonne douche, ça fait plaisir…Et je sympathise avec une canadienne qui voyage en Europe depuis 1 mois, et me parle d’un défi que se lancent de nombreux cyclistes dans son pays : traverser le Canada de la côte ouest à l’est, soit plus de 6000km. Le record de l’épreuve ? Moins d’une semaine de vélo, à plus de 30km/h ! Ca me donne des idées pour la suite…

Bilan : 93km de vélo et 9h de vélo !

JOUR 19 : visite de Split et cap vers le sud

Après une nuit reposante (pour une fois !), je passe ma matinée à l’auberge et discute une bonne heure avec Ana, la réceptionniste. Je tombe, comme à Karlobag, sur une croate très cultivée et qui s’y connaît bien en histoire. Elle revient d’ailleurs de vacances en France, pas loin de chez moi, et on parle longuement de la Croatie. J’aime beaucoup ces moments du voyage où je rencontre des locaux, le temps sur le vélo est parfois long et on rencontre peu de monde !

Je pars en début d’après-midi, et flâne un peu dans Split avec mon vélo. Les rues sont bondées de touristes, donc ce n’est pas idéal, et je me dis que même si j’étais en sac à dos ce ne serait pas mieux. Il y a tout simplement TROP de monde. La ville a son charme, et un passé riche, mais je me dis que la Croatie c’est quand même plus que Split. On dirait que toutes les voitures que j’ai vues sur la côte sont à Split. Sans oublier tous les voyageurs en avion, j’entends énormément parler français alors que je n’ai vu que peu de voitures françaises.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Du coup, je n’ai pas envie de m’éterniser dans la ville, mais je vois un vélo tandem avec de grosses sacoches posé devant un restaurant. Intriguée, j’aborde les deux clients et je fais la connaissance d’un couple de retraités américains, Phil et Niels, qui voyagent en vélo depuis 3 mois en Europe. Partis de Francfort, ils sont passés par Nuremberg, Vienne, Zagreb, et on ensuite pris des ferrys sur les îles croates…Car on leur avait déconseillé de prendre la route que j’ai suivie. Je leur dis que j’ai survécu et que c’était finalement une bonne expérience, surtout que j’ai croisé des cyclistes bien plus chargés que moi (à commencer par l’allemande avec son chien!). Ils sont un peu tristes, car en plus de ne pas avoir suivi cet itinéraire, c’est aujourd’hui la fin de leur voyage ! Dans une heure ils prennent un flixbus pour retourner à Francfort et rentrer aux Etats-Unis. Je me mets dans leur peau et me dis que je n’aurais tout simplement aucune envie de rentrer. Voyager à vélo, c’est devenu ma passion !

Après les avoir quitté, je m’enfile un burek puis une glace au citron, et me mets en route.

20190727_155637

Quitter les grandes villes, c’est malheureusement aussi galère que d’y entrer. J’avais pu dégoter une carte à l’auberge qui me mène à 10km de la ville, mais elle n’est pas si détaillée que ça et donc j’y vais au flair pour éviter la voie rapide. Je passe par de minuscules routes qui ont l’air d’être sans issue mais ne le sont finalement pas, et arrive par chance à la ville d’après. Après une heure de galère sur des routes pleines de trous, je retrouve ainsi la route principale qui longe la côte.

IMG_2244.JPG

C’est de nouveau des montées et des descentes, avec quelques portions plates, et surtout très touristique. La croate de l’auberge m’avait prévenue : jusqu’à Makarska, c’est plein à craquer de touristes. Ca me rappelle quand j’étais petite, qu’on allait sur la côte d’Azur et que je voyais des gamins aller acheter les matelas gonflables en bord de route, et des signes d’appartements à louer. D’ailleurs en Croatie c’est atypique, je vois toutes les cinq minutes un croate tenir une pancarte « apartmani », assis dans le coffre d’une voiture. Les journées doivent être longues…

Après une bonne baignade en fin d’après-midi, je me mets en quête de trouver un endroit pour la nuit. J’ai bien envie de dormir dans un endroit atypique ce soir, et je scrute la côte. Finalement, je tombe vers 19h30 sur une maison en construction avec une vue imprenable sur l’adriatique. Je vois qu’une lumière est allumée, mais comprends rapidement que c’est un oubli car il n’y a personne. Et la bonne nouvelle, c’est que les maçons ont laissé des transats donc ça me fera mon lit !

IMG_2252.JPG

J’observe la luminosité décroître, et m’endors face à la mer, la tête dans les étoiles.

Bilan : 37km et 3h30 de vélo !

JOUR 20 : direction les vallées croates

Je me réveille avec le lever du soleil, et quelques gouttes de pluie. Ca fait des jours que j’ai rêve, et ça se rafraîchit enfin ! Plus qu’heureuse à l’idée de faire du vélo par un temps enfin supportable, je me mets en route à 8h.

Bon, la route n’est pas facile pour autant et jusqu’à Makarska, je transpire bien, mais il y a une belle vue.

IMG_2279.JPG

Je m’arrête à Kaufland, un supermarché allemand, et me demande pourquoi je n’y étais jamais allée de ma vie en Allemagne : il y a plein de choix, les produits ont l’air d’être un peu meilleur qu’à Lidl, et ce n’est pas aussi cher que Konzum !

Quoi qu’il en soit je suis bien contente de continuer ma route vers le sud, il y a un interminable bouchon qui s’étend sur des kilomètres et kilomètres dans l’autre sens.

20190728_114124.JPG

C’est déjà l’après-midi, et le temps pluvieux depuis le matin devient menaçant avec un torrent de pluie et des éclairs. Je me retrouve à un moment sur une portion sans aucun autre abris que des arbres, m’y arrête voyant que l’orage est au moins à quelques kilomètres de là (il faut compter le nombre de secondes entre l’éclair et le bruit du tonnerre, puis diviser par 3 pour avoir le nombre de kms), puis repars et trouve enfin un abris bus.

Trempée comme une soupe mais contente d’être à l’abris :

20190728_140947.JPG

Et là, surprise ! Il y a une carte de la région placardée, avec les kilométrages jusqu’à 200km de là. Je vois alors que la route va passer par des vallées croates, je suis contente de quitter la côte même si ça va sûrement bien monter.

Après un village croate et les encouragements en français d’un local « il faut accélérer ! » (comment peut-il savoir que je suis française ? cette question me taraude le reste de l’après-midi), j’ai droit à plusieurs encouragements de voitures qui me klaxonnent en tapant des mains. Le sud de la Croatie, ça fait un peu tour de France par fois ! Bon, la plupart du temps les locaux me regardent quand même bizarrement en se disant sûrement qu’il faut être fou pour voyager à vélo en étant aussi chargé.

La route ce jour-là effectivement assez pentue, je vois plusieurs fois marqué « 7% » mais ma technique qui consiste à ne pas regarder plus loin que 2 mètres devant moi quand ça grimpe marche très bien et j’arrive à 17h dans une région très jolie avec des lacs.

IMG_2294.JPG

Je vois un signe avec marqué « Autokamp » et un dessin de tente, le suis et tombe sur un camping très charmant qui est en réalité chez un particulier, donc moins industriel que tous les autres que l’on voit généralement sur la côte.

A peine arrivée, je commence à discuter avec une famille allemande voyageant en voiture et caravane qui m’invite aussitôt à dîner. La journée ne pouvait pas mieux se finir ! Je découvre une famille d’aventuriers, aux parents profs qui ont voyagé un peu partout et notamment en caravane jusqu’en Iran avec leurs enfants en bas âge. Et ca confirme tout ce qu’on m’a dit sur ce pays : c’est très sûr, et l’accueil est incroyable ! Et ce qui tombe très bien pour moi, c’est que la famille revient du Montenegro et d’Albanie où je vais me rendre : je suis émerveillée par leur récit, et j’ai hâte d’y être.

Bilan : 77km et 6h30 de vélo !

BILAN DE LA SEMAINE : 461km, soit 1528km depuis Vienne !

Je ne pensais pas autant rouler, mais avec la chaleur je préférais finalement être sur mon vélo. Rester au même endroit sous un soleil de plomb me donne juste l’impression de fondre, alors qu’en bougeant j’ai un peu d’air. Bon, c’était une semaine tout de même difficile avec constamment du vent de face, et des rationnements en eau, mais j’ai enfin commencé à rencontrer du monde sur la route et je me dis que c’est ça la meilleure partie du voyage ! Demain, direction Dubrovnik et ensuite le Montenegro puis l’Albanie, que je devrais atteindre ce weekend… A la semaine prochaine 😊